Afficher un message
  #18  
Vieux 29/04/2006, 23h48
Avatar de michel
michel michel est déconnecté
10pensable
-Généalogiste Sénile-
 
Date d'inscription: août 2002
Localisation: Toulouse
Messages: 19 856
michel vend de la drogue à Grant Morrisonmichel vend de la drogue à Grant Morrisonmichel vend de la drogue à Grant Morrisonmichel vend de la drogue à Grant Morrisonmichel vend de la drogue à Grant Morrisonmichel vend de la drogue à Grant Morrisonmichel vend de la drogue à Grant Morrisonmichel vend de la drogue à Grant Morrisonmichel vend de la drogue à Grant Morrisonmichel vend de la drogue à Grant Morrisonmichel vend de la drogue à Grant Morrison
Captain America #275 : 11/82, Yesterday's Shadows ! par JM DeMatteis / Mike Zeck / John Beatty, cover de Mike Zeck / John Beatty



Cap passe au QG du SHIELD faire le point sur les attaques récentes dont il a été l'objet récemment. L'Agent Gail Runciter l'accueille, et il lui confie qu'il regrette le temps où on accédait ici par une boutique de barbier, en s'asseyant sur une chaise qui vous y descendait. Le mur holographique actuel lui plait nettement moins. Runciter, qui n'est pas insensible au charme du Captain, n'a pas grand chose à lui annoncer : les études sur les restes du monstre qui l'avait attaqué en volant le psychisme de l'ami d'Arnie (Cap #270) n'ont rien donné sur son origine, pas plus que les interrogatoires de Vermin (Cap #272) qui semble très perturbé. Cap en profite aussi pour rendre visite à Michael, toujours convalescent, et il trouve bien sûr Arnie, son "co-locataire", à son chevet.



Un peu plus tard, Steve et Bernie ont accompagné leur propriétaire Anna faire des courses. Anna est très contente de les avoir vus se rabibocher et attend impatiemment la date du mariage mais sa bonne humeur disparaît quand elle réalise que sa synagogue a été profanée : une croix gammée sur la porte, du vandalisme à l'intérieur et la Torah, un parchemin contenant des textes sacrés, a été dérobée. Steve se demande si ce n'est pas un acte isolé de gamins sans rien dans la tête, le rabbin le détrompe : il y a depuis quelques temps une recrudescence des actes anti-sémites aux USA. Bernie confirme, un groupe nazi organise d'ailleurs un meeting à Long Island, Anna voudrait voir tous ces monstres enfermés, Steve relativise, ils doivent avoir le droit de s'exprimer, Bernie rebondit là-dessus : un contre-meeting a été organisé, tous les locataires et Anna vont s'y rendre, elle veut inviter Steve mais celui-ci a un agenda chargé ces prochains jours.

Trois interludes : dans le premier, un homme tient une photo de famille et murmure qu'il veut voir Captain America mourir. On voit un bout de son masque et on le reconnaît immédiatement, pour le lecteur de l'époque qui ne l'ont pas vu depuis longtemps c'est peut-être plus délicat, je laisse donc planer le suspense... ; dans le deuxième, le leader du groupe nazi chauffe ses troupes avec un discours ouvertement antisémite et révisionniste, devant un portrait de Hitler ; dans le troisième, Sam Wilson tient une conférence de presse pour annoncer sa candidature à un siège au Congrès.



Il est pris au dépourvu lorsqu'un journaliste du Daily Bugle lui rappelle son passé criminel, quand il fut jugé sous le nom de Snap (Cap #191). Agacé, Sam rappelle qu'il fut lavé de tout soupçon et que son passé est derrière lui. La conférence est interrompue, et Williams explique à son photographe, Peter Parker, qu'il ne croit pas plus au repentir de Wilson qu'à celui des groupes nazis. Dès le prochain épisode, un arc de trois back-stories reviendra sur le passé douloureux du Falcon.

Quelques jours plus tard, Steve porte des dessins à un publiciste, Bennett. Il aurait bien besoin de renflouer son compte en banque, mais quand il entend Bennett avoir un mot malheureux sur un de ses clients juif, il tourne les talons. Et le samedi suivant il a décidé d'accompagner Bernie à son contre-meeting anti-nazi. Ils y rencontrent fortuitement Sammy Bernstein... l'ex-mari de Bernie !



Comme on pouvait s'y attendre, des tensions apparaissent rapidement entre Nazis et Juifs et malgré la présence de forces de l'ordre des bagarres se déclenchent. Notre mystérieux villain décide d'en profiter pour passer lui aussi à l'action. Son identité ne fait plus de doute : c'est le Baron Zemo ! Et son complice n'est pas non plus très dur à identifier...



Il appuie sur un bouton, et le monstre dont il ne restait qu'un tas de matière organique retrouve forme humaine et vie ! Il libère aussitôt Vermin, et malgré tous les efforts des agents du SHIELD présents ceux-ci ne peuvent l'empêcher d'atteindre la chambre de Michael...



Au meeting, Steve se change discrètement en Captain America et tente de faire revenir le calme. Sur la tribune, il essaie de ramener à la raison les deux leaders, le juif qui en répondant par la violence se rend aussi méprisable que ceux qu'il veut combattre, et le nazi qui poussé par la peur et l'ignorance veut réécrire l'histoire au mépris de la vérité. Aucun des deux ne l'écoute, consumés par leur propre haine. Cependant, Bernie trouve des airs familiers à ce discours, et en se demandant où elle l'a déjà entendu elle réalise soudain...



Après trois fill-ins on reprend enfin pour de bon cet arc qui va donc voir le retour du Baron Zemo. DeMatteis en profite pour aborder les thèmes de l'antisémitisme et du négationnisme avec une position assez couillue : on aurait pu croire que Captain America prendrait naturellement parti contre le mouvement nazi et soutiendrait le côté juif dont est de plus issue sa petite amie, mais il se positionne en fait au-dessus du conflit, prêchant la liberté d'expression et stigmatisant les défauts et les abus des deux camps, ce qui est si on y réfléchit bien la réaction la plus en phase avec l'esprit du personnage. DeMatteis est donc bon et pertinent, on a du mal à croire que c'est le même homme qui scénarise aussi Defenders !
__________________
http://www.comicsvf.com

Les récaps (rigolotes) de Game of Thrones Saison 5

Stannis à Davos : On n'a rien pu faire, ils étaient au moins genre vingt-deux et puis y en avait un torse nu.