Afficher un message
  #12  
Vieux 22/04/2006, 00h57
Avatar de Niglo
Niglo Niglo est déconnecté
Registered User
 
Date d'inscription: janvier 2003
Messages: 6 570
Niglo change la caisse du Fauve


STRANGE N°192
Lug, décembre 1985.



DAREDEVIL : Redemption (19 pages sur 22)
(Redemption, in Daredevil #200, novembre 1983)

Scénario : Denny O’Neil.
dessin : William Johnson.
Encrage : Danny Bulanadi.
Couverture : John Byrne & Terry Austin.

Résumé :

De retour à New York, le Tireur se rend chez le Caïd et lui demande de le reprendre à son service. Celui-ci accepte, à condition qu’il élimine Daredevil. Il lui fournit une planque, dans une salle d’entraînement désaffectée. Daredevil remonte la piste et réalise qu’il connaît cet endroit : il y a vu son père participer à un match de catch, sous le nom de Red Devil.

Daredevil et le Tireur s’affrontent, et c’est ce dernier qui a le dessus. Il menace de tuer Daredevil d’une balle dans la tête, mais choisit finalement de le laisser vivre : puisqu’il n’a pas voulu le tuer lors de leur précédente rencontre, il sera responsable de tous les crimes que le Tireur commettra. Dans un sursaut, Daredevil se jette sur le Tireur et hésite une nouvelle fois à le tuer. Il décide finalement de le remettre à la police.


Commentaire :

Un numéro anniversaire sans flonflons particuliers ou presque (un cameo de la Veuve Noire, un flashback sur le père de Daredevil, un nouvel affrontement avec le Tireur). Le flashback où apparaît le père de Matt sous le masque du Red Devil n’apporte strictement rien, et la résolution du duel entre DD et le Tireur est tout à fait banale.


Casting :

Daredevil.

Foggy Nelson, la Veuve Noire (Black Widow).

Le Tireur (Bullseye), le Caïd (Kingpin), Turk, Grotto.


Censure :

Cet épisode a été réduit de 3 pages :

Page 15, panels 4 à 6 :



Page 16, panels 3 à 8 :



Page 17, panels 1 à 4 :



Page 20, panels 4 & 5 :



Page 21, panels 1 & 2 :






LA DIVISION ALPHA : Rendez-vous avec la Mort !(2ème partie) (21 pages)
(And one shall surely die, in Alpha Flight #12, juillet 1984)

Scénario, dessin & encrage : John Byrne.
Couverture : John Byrne.

Résumé :

Sasquatch et Véga se disputent au sujet d’Aurora, et les choses menacent de mal tourner lorsque Sasquatch semble une nouvelle fois perdre le contrôle. Il faut l’intervention du reste de l’équipe pour éviter le drame. Le calme revenu, Shaman téléporte tout le monde au World Trade Center, au moment où Guardian s’apprête à affronter la Division Oméga. Les pertes sont importantes de part et d’autre : Harfang se met à vieillir à vue d’œil (Shaman réalise alors que son pouvoir est lié au territoire canadien, et que lorsqu’elle s’en éloigne, elle devient extrêmement fragile) ; Génial Alec perd l’esprit en regardant dans le sac de Shaman ; Aurora est sérieusement blessée par les griffes de l’Enfant Sauvage, qui est lui même vaincu par Véga. Quant à Guardian, il est bientôt isolé du reste du groupe et doit affronter le robot Box, dirigé à distance non pas par son créateur, Roger Bochs, mais par Jérôme Jaxon. Alors qu’il semble avoir le dessous, Guardian parvient à arracher les circuits vitaux de Box. Mais son armure a été gravement endommagée, et menace d’exploser à tout instant.

De son côté, Heather a découvert que Delphine Courtney est un robot. Elle parvient à s’enfuir, et entre dans la pièce où Guardian est occupé à déconnecter son armure. C’est à cet instant précis que l’armure explose, et Heather voit, impuissante, son mari brûler vif.


Commentaire :

John Byrne a réussi son coup. Le choc final est amené de fort belle manière, et l’effet de surprise fonctionne parfaitement. Guardian n’est pas le premier héros à mourir ainsi, mais qu’il s’agisse du leader du groupe qui disparaisse de la sorte est pour le moins inattendu.

Le reste de l’épisode continue de dresser le portrait d’une équipe atypique. Les retrouvailles se passent on ne peut plus mal, et dès lors on ne peut que s’interroger sur l’avenir de l’équipe, désormais sans leader.


A noter :

Guardian restera mort… jusqu’à Alpha Flight #88 (septembre 1990, non traduit).


Casting :

La Division Alpha (Alpha Flight) : Guardian, Shaman, Harfang (Snowbird), Sasquatch, Véga (Northstar), Aurora (), Puck, Marina (Marrina).

Heather Mc Neil Hudson, Roger Bochs.

La Division Oméga (Omega Flight) : Box/Jérôme Jaxon, l’Enfant Sauvage (Wildchild), Génial Alec (Smart Alec), Flashback, Diamond Lil.

Delphine Courtney.


Censure :

Cet épisode double a été publié dans son intégralité, à l'exception du panel 5, page 33, remplacé en vf par un dessin de Box provenant de la page 23 :






L’HOMME ARAIGNEE : Epreuves (22 pages)
(Ordeal, in Amazing Spider-Man #244, septembre 1983)

Scénario : Roger Stern.
dessin : John Romita Jr.
Encrage : Klaus Janson.
Couverture : John Romita Jr. & Bopb Wiacek.

Résumé :

Peter Parker est contraint de passer la journée à l’université pour remplir les dossiers et faire signer tous les papiers lui permettant de mettre un terme à ses études. De son côté, Mary Jane déjeune en compagnie de Harry et Liz Osborn. Après le repas, Harry et Liz se rendent au siège d’Osborn Corp., où ils découvrent les locaux saccagés et les employés ligotés. L’Araignée découvre l’événement dans les journaux, et soupçonne aussitôt le Super-Bouffon. Il se rend dans le bureau de Jean DeWolff et apprend qu’un hold-up est en cours sur les quais, dans un entrepôt appartenant à Osborn. L’Araignée intervient en pleine fusillade entre truands et policiers. Dans l’entrepôt, un homme assiste au combat, à l’intérieur d’un camion. Il lance quelques chauve-souris-rasoirs et une citrouille explosive avant de prendre la fuite. L’Araignée prend le camion en chasse, mais lorsqu’il le rejoint le conducteur a disparu. Contrairement à ce que croit l’Araignée, il ne s’agit pas du Super-Bouffon, mais d’un certain Lefty Donovan, un truand travaillant pour le Super-Bouffon. Ce dernier dispose désormais de produits chimiques qui doivent lui permettre d’acquérir la force physique du premier Bouffon Vert.


Commentaire :

Quelques mois après sa première apparition, le Super-Bouffon revient. Roger Stern a choisi de faire agir le personnage dans l’ombre, ce qui en fait un vilain beaucoup plus intelligent et menaçant que la moyenne. Il avance ses pions patiemment, tandis que l’Araignée ne peut que réagir au coup par coup, sans parvenir à deviner quelle est la stratégie de son adversaire. Cerise sur le gâteau, cet épisode est encré par Klaus Janson, dont le style convient à merveille à John Romita Jr.


A noter :

La précédente apparition du Super-Bouffon a eu lieu dans Amazing Spider-Man #239 (avril 1983, trad. in Strange n°189, septembre 1985).

Casting :

L’Araignée (Spider-Man)

La Chatte Noire (Black Cat), Dr. Sloan, le doyen Krenshaw, Mary Jane Watson, Harry Osborn, Liz Osborn.

Le Super-Bouffon (Hobgoblin), Lefty Donovan.




L’HOMME ARAIGNEE : Qui est le Super Bouffon ? (22 pages)
(Sacrifice Play, in Amazing Spider-Man #24, octobre 1983)

Scénario : Roger Stern.
dessin : John Romita Jr.
Encrage : Dave Simons.
Couverture : John Romita Jr. & Dave Simons.

Résumé :

A Long Island, un homme est gravement blessé lors d’une expérience chimique. Trois semaines plus tard, il sort du coma et retourne dans la maison où a eu lieu l’expérience. Une trappe le conduit dans le laboratoire du Super-Bouffon, dont il endosse le costume. Il sème ensuite la panique en ville pour attirer l’Araignée. Celui-ci arrive est affronte le Super-Bouffon, dont la force est désormais surhumaine. Il parvient néanmoins à l’immobiliser et à le démasquer. Malgré ses cicatrices, il reconnaît Lefty Donovan, sur lequel il enquêtait ces dernières semaines. Ce dernier est sur le point de lui faire des révélations sur son employeur, lorsque son planeur se met en marche et le projette contre la façade d’un immeuble. Donovan est tué sur le coup. Dans son repère, le véritable Super-Bouffon a assisté au combat. Des capteurs ont également analysé les changements dans le métabolisme de Donovan depuis son expérience, et devraient lui permettre de la reproduire en évitant tout effet secondaire.


Commentaire :

Le Super-Bouffon confirme ici qu’il est l’un des adversaires les plus machiavéliques et manipulateurs que l’Araignée a jamais eu à affronter. Une nouvelle fois leur lutte a lieu par l’intermédiaire d’un autre, un pion sacrifié par le Super-Bouffon. On ne peut qu’approuver la manière très habile dont Roger Stern gère ce vilain. Seul point négatif de cet épisode : Klaus Janson a laissé sa place d’encreur à un Dave Simons en très petite forme.


Casting :

L’Homme Araignée (Spider-Man).

Blake Tower, Betty Brandt-Leeds, Ned Leeds, Mary Jane Watson, J. Jonah Jameson, sergent Lou Snyder.

Le Super-Bouffon (Hobgoblin), Lefty Donovan.

Dernière modification par Niglo ; 24/10/2006 à 21h57.