Afficher un message
  #11  
Vieux 22/04/2006, 00h14
Avatar de Niglo
Niglo Niglo est déconnecté
Registered User
 
Date d'inscription: janvier 2003
Messages: 6 570
Niglo change la caisse du Fauve


NOVA N°94
Lug, Novembre 1985.



LES QUATRE FANTASTIQUES : Un Dieu est parmi nous ! (16 pages sur 17)
(Where there be Gods, in Fantastic Four #216, mars 1980)

Scénario : Marv Wolfman & Bill Mantlo.
dessin : John Byrne.
Encrage : Pablo Marcos.
Couverture : Rich Buckler & Al Milgrom.

Résumé :

Alors qu’il devait accompagner Red Richards au Baxter Building pour y subir une batterie de tests, Randolph James fausse compagnie à son ami et se perd dans New York, utilisant ses pouvoirs contre quiconque se dresse sur son chemin. Les Fantastiques partent à sa recherche, mais c’est Blastaar qui le trouve le premier, et qui réussit à le convaincre que les FF sont ses ennemis. Le Futuriste unit donc ses pouvoirs à ceux de Blastaar, et ils n’ont aucun mal à défaire Mister Fantastic, la Chose et la Torche. Puis ils se rendent au Baxter Building où se trouvent l’Invisible et Franklin. D’un simple regard, le Futuriste endort Jane. Face au corps inconscient de sa mère, les pouvoirs de Franklin se manifestent. D’une seule pensée, il renvoie Blastaar dans la Zone Négative par la porte reliant les deux univers se trouvant dans le laboratoire de Mister Fantastic. De son côté, le Futuriste a réalisé que Blastaar lui a menti. Il s’excuse auprès des Fantastiques, puis s’envole à la découverte de l’univers. La crise passée, Franklin n’a aucun souvenir de ce qui s’est passé.


Commentaire :

L’histoire ne s’améliore pas dans cette dernière partie. Le Futuriste est un personnage tout à fait ridicule, et la présence de Blastaar dans ce récit ne se justifie à aucun moment. Dans l’ensemble la prestation de Marv Wolfman sur la série a été de qualité, dommage qu’elle s’achève sur cette fausse note.


A noter :

Dernier épisode de Marv Wolfman, cet épisode marque également le départ du scénariste chez DC. Un départ qui ne s’est pas passé dans les meilleures conditions, Jim Shooter ayant aussitôt déclaré Wolfman persona non grata chez Marvel et rejeté tous ses scripts qui restaient à paraître, y compris ceux des arcs en cours – d’où la présence de Bill Mantlo sur cet épisode.


Casting :

Les Quatre Fantastiques : Mr. Fantastic, l’Invisible, la Chose (Thing), la Torche Humaine (Human Torch).

Franklin Richards, Herbie.

Professeur Randolph James/Le Futuriste.

Blastaar.




LES QUATRE FANTASTIQUES : Mascarade ! (17 pages)
(Masquerade, in Fantastic Four #217, avril 1980)

Scénario : Bill Mantlo.
dessin : John Byrne.
Encrage : Joe Sinnott.
Couverture : Joe Sinnott.

Résumé :

Il y a un problème avec Herbie : voilà un moment qu’il se comporte bizarrement, sans que les Fantastiques s’en aperçoivent. Lorsque Mister Fantastic l’envoie effectuer une vérification des systèmes du Baxter Building, il se branche sur l’ordinateur principal de l’immeuble et, après en avoir extrait toutes les informations nécessaire, éclate d’un rire démoniaque. Il s’attaque ensuite à l’Invisible, qu’il laisse inconsciente et ligotée. Il s’en prend ensuite à la Chose et Mister Fantastic, occupés à réparer la porte menant vers la Zone Négative. Ses rayons projettent la Chose dans le vide, Red le récupère de justesse. Herbie explique à ce dernier qu’il est en réalité le Docteur Sun, dont l’esprit s’était uni aux ordinateurs vivants de Xandar, et qui a pénétré dans les circuits d’Herbie lors de leur aventure dans l’espace. Avant d’être abattu, Mister Fantastic parvient à lancer un signal d’urgence pour la Torche. Celui-ci se trouve en discothèque, en compagnie de Dazzler, dont il vient de faire la connaissance. Il regagne aussitôt le Baxter Building, mais est arrêté par les systèmes de défense de l’immeuble. Lorsqu’il reprend conscience, Mister Fantastic s’infiltre au cœur de l’ordinateur central et coupe les circuits principaux, libérant ses camarades. Herbie a également retrouvé sa programmation initiale. Mais craignant que le Docteur Sun ne reprenne le contrôle de ses circuits, il se jette contre l’ordinateur central. Tous les deux sont détruits dans l’explosion.


Commentaire :

Conclusion par Bill Mantlo d’un subplot initié par Marv Wolfman. L’utilisation d’Herbie dans la série (rappelons qu’à l’origine il s’agit d’un personnage créé spécialement pour le dessin animé, où il remplaçait la Torche) aura été intéressante et plutôt amusante : il sera pendant plusieurs mois apparu comme une menace sournoise, agissant dans l’ombre, pour finir par ce geste d’altruisme absolu qui le pousse à se suicider pour protéger les FF. Il y avait donc un cœur qui battait dans ce petit corps métallique…


A noter :

L’épisode suivant celui-ci (Fantastic Four #218) a été publié dans Nova n°40 (il s’agit d’un crossover avec Spectacular Spider-Man #42).

Il s’agit d’une des premières apparitions de Dazzler, un an avant qu’elle n’ait droit à sa propre série.


Casting :

Les Quatre Fantastiques : Mr. Fantastic, l’Invisible, la Chose (Thing), la Torche Humaine (Human Torch).

Dazzler

Herbie/Docteur Sun.




L’ARAIGNEE : Confessions ! (22 pages)
(True Confessions !, in Spectacular Spider-Man #98, janvier 1985)

Scénario : Al Milgrom.
dessin : Herb Trimpe.
Encrage : Jim Mooney.
Couverture : Al Milgrom.

Résumé :

Le Caïd a besoin d’un remplaçant à la Réponse, disparu lors du combat contre Silvermane. L’un des scientifiques travaillant pour lui, Jonathon Ohnn, lui dit étudier les enregistrements faits des radiations de la Cape et espère pouvoir les reproduire. Ce qu’il réussit, quelques heures plus tard, donnant naissance à une sorte de trou noir. En y pénétrant, Ohnn se retrouve dans une dimension étrange, remplie d’autres trous noirs. Il passe à travers l’un d’eux pour regagner son laboratoire, mais il découvre qu’il a changé, son corps étant désormais couvert de ces étranges taches noires.

Lorsque Jonathon Ohnn a réalisé son expérience, un court-circuit a plongé toute la ville dans l’obscurité. L’Araignée se trouvait en compagnie de la Chatte Noire, à laquelle il voulait demander des explications sur son comportement récent, mais ils doivent remettre leur discussion à plus tard et arrêter les criminels profitant de l’obscurité pour agir. La discussion reprend un peu plus tard, et la Chatte Noire finit par lui avouer que c’est grâce au Caïd qu’elle a obtenu ses pouvoirs. L’Araignée décide de se rendre chez le Caïd.


Commentaire :

Hormis la naissance de la Tache (nom sous lequel le professeur Jonathon Ohnn apparaîtra à partir du prochain épisode), ce récit est consacré au duo Araignée/Chatte Noire, et souligne une nouvelle fois tout ce qui les sépare : le sens moral et l’abnégation de l’un, l’insouciance et le cynisme de l’autre.


A noter :

Si l’on découvre ici que le symbiote s’est enfui du Baxter Building, rien n’explique comment il a réussi à sortir du tube où Red Richards l’avait enfermé.


Casting :

L’Araignée (Spider-Man).

La Chatte Noire (Black Cat), Flash Thompson, Betty Brandt-Leeds.

Le Caïd (Kingpin), Jonathon Ohnn/la Tache (Spot), le symbiote.


TANTE MAY : Tante May mène l’enquête (5 pages)
(Aunt May : the Nursing Home Caper, in Amazing Spider-Man #220, septembre 1981)

Scénario : Mike Barr.
Dessin & encrage : Win Mortimer.

Résumé :

Tante May organise un après-midi dansant à la maison de retraite. C’est un groupe punk, les Shriekers, qui assure l’ambiance musicale – c’est le seul groupe que l’organisation avait les moyens de se payer. Un jeune homme, Rodney, est venu rendre visite à sa tante, Polly, qu’il tente de convaincre de quitter la maison de retraite pour venir vivre chez lui. D’après les amis de Polly, Rodney n’est en réalité intéressé que par son argent. Peu après leur discussion, Rodney retrouve sa tante évanouie, un fil électrique autour du cou. Il accuse aussitôt les musiciens des Shriekers, qui justement se servaient de fil électrique pour réparer leur ampli tombé en panne. Mais tante May ne le croit pas et l’accuse d’être coupable (il est électricien et dispose lui aussi de fil électrique). Rodney se jette alors sur elle et tente de l’étrangler à son tour, mais tante May fait une crise cardiaque. Rodney tente alors de s’enfuir mais les Shriekers l’en empêchent. Tante May se relève alors : elle a seulement fait semblant d’avoir une crise cardiaque.


Commentaire :

Authentique.


Casting :

Tante May.

Peter Parker, Anna Watson, les Shriekers, Rodney, Polly.




IRON MAN : Et la Terre trembla… (21 pages sur 22)
(Though this Fault be mine…, in Iron Man #186, septembre 1984)

Scénario : Dennis O’Neil.
dessin : Luke McDonnell.
Encrage : Steve Mitchell.
Couverture : Luke McDonnell & Steve Mitchell.

Résumé :

Le professeur Alton Vibereaux a conçu une machine pour mesurer les secousses sismiques. L’appareil est instable, mais son employeur, Franklin Fortney, l’oblige à l’utiliser. Alors qu’il descend dans une crevasse, une secousse précipite Vibereaux dans la faille. Il en ressortira des jours plus tard, défiguré, dément et doté de pouvoirs lui permettant de créer des vibrations à volonté. Il apprend à la télévision que Fortney est retenu en otage sur une plate-forme pétrolière et s’y rend. De son côté, Iron Man fait de même et libère les otages. C’est le moment que choisit Vibro (nom sous lequel Vibereaux va désormais se faire connaître) pour attaquer en créant à distance une secousse qui détruit la plate-forme. Iron Man sauve ses occupants et reconduit Fortney sur la terre ferme. Vibro attaque Iron Man, qui le bat sans mal et le remet à la police.


Commentaire :

Les héros s’installent enfin en Californie, mais toujours rien de passionnant à l’horizon, hormis la tension qui continue de monter entre Rhodey et Stark. La nature des pouvoirs de Vibro n’est pas vraiment claire, et ses motivations tout à fait primaires.


Casting :

Iron Man/James Rhodes, Tony Stark.

Morley Erwin, Clytemnestra Erwin.

Franklin Fortney.

Vibro.


Censure :

Cet épisode a été réduit d'une page :

Page 8 :



Page 22, panel 2 :



En outre, le visage de Vibro a été retouché sur plusieurs cases pour paraitre moins hideux.

Dernière modification par Niglo ; 17/11/2006 à 19h41.