Afficher un message
  #5  
Vieux 02/06/2005, 22h28
Avatar de Niglo
Niglo Niglo est déconnecté
Registered User
 
Date d'inscription: janvier 2003
Messages: 6 570
Niglo change la caisse du Fauve


STRANGE N°185
Lug, mai 1985.



L’HOMME ARAIGNEE : Haro sur l’Araignée (22 pages)
(Murder by Spider, in Amazing Spider-Man #228, mai 1982)

Scénario : Jan Strnad.
dessin : Rick Leonardi.
Encrage : Dave Simons.
Couverture : Mike Nasser & Joe Rubinstein.

Résumé :

L’Araignée se sent irrésistiblement attiré vers une vieille bâtisse. Pourtant, à l’intérieur, rien de particulier, un vieil homme est occupé à prendre son repas. Pourtant, à peine l’Araignée a-t-il quitté les lieux que le vieillard est attaqué par d’innombrables araignées et meurt, victime de leur venin. Pendant ce temps, l’Araignée intervient contre une bande de voyous, et est soudain pris d’un irrésistible accès de violence. Le couple auquel il est venu en aide se sauve, terrifié.

Le lendemain, ayant appris la mort du vieillard, Peter Parker se rend dans sa maison, profitant d’une vente aux enchères, en compagnie de Debra Whitman. Sur place, il remarque le comportement suspect d’un acheteur, Norman Junque, un antiquaire, et décide de le suivre. Il arrive dans un immeuble huppé, où il ressent les mêmes impressions que le soir précédent. Un cri retentit, et il se précipite dans l’appartement d’où ils proviennent, bousculant quelques policiers au passage. A l’intérieur, une vieille femme vient d’être piquée à son tour par des araignées. Il la conduit à l’hôpital et remarque qu’elle porte des boucles d’oreilles dissimulant un circuit intégré.

Lors d’une ronde, l’Araignée ressent à nouveau les mêmes symptomes, et arrive dans un entrepôt. Là l’attend l’inventeur de l’appareil qui attire les araignées (et également notre héros). Il a créé un nouvel appareil, qui annule le sixième sens de l’Araignée. Sans celui-ci, le Tisseur n’évite que de justesse les tirs de l’homme, et manque de peu de périr dans une explosion. Mais lorsque l’homme a joué toutes les cartes qu’il avait en main, il tente de s’enfuir lâchement et l’Araignée l’arrête sans mal.


Commentaire :

Un fill-in inhabituel, signé par un scénariste qu’on a plus souvent rencontré dans Heavy Metal, Epic ou les publications Warren que sur du super-héroïque. Le résultat est loin d’être mauvais, et offre en tous cas un changement de ton bienvenu dans la série.

Au dessin, on trouve Rick Leonardi, dans l’un de ses premiers travaux pour Marvel. Le dessinateur cherche encore ici son style, mais ses planches sont dans l’ensemble plutôt réussies.


Casting :

L’Homme Araignée.

J. Jonah Jameson, Robbie Robertson, Glory Grant, Debra Whitman.

Le tueur aux araignées (pas de nom).




LA DIVISION ALPHA : Quand les Eléments se déchaînent… (15 pages sur 16)
(Snowblind, in Alpha Flight #6, janvier 1984)

Scénario, dessin et encrage : John Byrne.
Couverture : John Byrne.

Résumé :

Anne McKenzie, alias Harfang, est mise aux arrêts par son supérieur, l’inspecteur Hamilton, lorsqu’elle refuse de s’expliquer sur ses mystérieuses absences répétées. A quelques dizaines de kilomètre de là, sur un forage pétrolier, une créature surnaturelle se matérialise : Kolomaq. Percevant sa présence, Harfang détruit le mur de la prison et se rend sur place. Elle affronte Kolomaq alors que celui-ci crée un blizzard aveuglant. Elle parvient à le vaincre en l’ensevelissant sous une tonne de gravats.

En rentrant chez lui, Guardian découvre qu’il a reçu du courrier : une proposition de la Roxxon.


Commentaire :

Après l’épisode consacré à Puck, John Byrne continue de s’intéresser aux membres de la Division Alpha isolément plutôt qu’en groupe. Gros plan donc sur Harfang, dont on en apprend un peu plus sur ses origines divines. A noter que c’est dans cet épisode que se trouve la fameuse scène de combat dans le blizzard, 6 pages de cases vides à l’exception d’onomatopées et de dialogues (cet épisode est paru dans le cadre de l’Assistant Editor’s Month, lors duquel les scénaristes étaient invités à faire ce genre de facéties).


Casting :

Harfang, Guardian.

Inspecteur Hamilton, Doug Thompson.

Kolomaq.


Censure :

Pas de censure à proprement parler, mais la fameuse scène du blizzard a été réduite d'une page.


LA DIVISION ALPHA : L’Héritage du passé (6 pages)
(The Old Ways, in Alpha Flight #6, janvier 1984)

Scénario, dessin et encrage : John Byrne.

Résumé :

Anéanti par la mort de sa femme, Michael Twoyoungmen est parti vivre dans la cabane de son grand-père, loin du monde moderne. Un jour, il décide d’ouvrir le paquet qui lui avait été remis peu après sa mort. L’esprit de son grand-père se matérialise aussitôt, et lui demande de sortir du sac qui se trouvait dans le paquet une poignée d’aiguilles de pin. Twoyoungmen plonge sa main dans la sac, mais elle en sort vide.

Michael Twoyoungmen va passer les mois qui suivent à se remettre en condition physique et à méditer. Lorsqu’il retente l’expérience du sac, il en sort des aiguilles de pin. Un nouveau Shaman est né.


Commentaire :

Suite et fin des origines de Shaman, classique histoire d’un homme qui abandonne le monde moderne pour se tourner vers son passé et vers le mysticisme (on pense aux origines du Dr. Strange, qui apparaît d’ailleurs à la fin de cet épisode).


Casting :

Shaman.

Dr. Strange, l’Ancien (the Ancient One).




DAREDEVIL : La Vengeance de Bitsy (21 pages sur 22)
(Bitsy’s Revenge, in Daredevil #193, avril 1983)

Scénario : Larry Hama.
dessin & encrage : Klaus Janson.
Couverture : Klaus Janson.

Résumé :

Daredevil se rend dans une armurerie dont il connaît le gardien pour découvrir qu’il vient d’être abattu par des cambrioleurs. Avant de mourir, l’homme lui apprend que celui qui lui a tiré dessus lui a volé son revolver, qu’il a surnommé Bitsy, et auquel il était très attaché. Daredevil arrête la plupart des cambrioleurs, à l’exception de leur leader qui s’enfuit en emportant deux caisses de missiles. En interrogeant l’un des hommes, il apprend que leur chef s’appelle Carmine Pesca, et qu’il doit partir pour Le Havre dès le lendemain à bord d’un paquebot, le Madagascar.

Deux jours plus tard, sur le Madagascar, Matt Murdock sympathise avec Willow, une illusioniste. Il participe même à son spectacle. Plus tard dans la soirée, l’antenne radio du navire est détruite par un missile, et un sous-marin fait surface à proximité : à travers un haut-parleur, ils demandent à ce que la cargaison de diamants se trouvant dans les soutes du bateau leur soit remise, ce que le capitaine accepte aussitôt, craignant pour la vie de ses passagers. En réalité, tout cela est une vaste illusion mise au point par Willow : il n’y a pas de sous-marin, il s’agit d’un hologramme projeté par un de ses complices. Et c'est elle et non Carmine Pesca qui dirige cette opération depuis le début. Daredevil découvre le pot aux roses et se débarrasse aisément des deux complices de la magicienne. Celle-ci le menace de son arme. Daredevil reconnaît Bitsy et lui conseille de ne pas tirer. Elle ne l’écoute pas et le revolver explose dans sa main. Le propriétaire de Bitsy avait raconté à Daredevil comment l’arme lui avait sauvé la vie au Vietnam : un éclat de grenade qui aurait dû le tuer était venu se ficher dans le canon du revolver.


Commentaire :

Un scénario astucieux pour ce fill-in très plaisant, agréablement mis en images par Klaus Janson.


Casting :

Daredevil.

Willow, Carmine Pesca.


Censure :

Plusieurs panels ont disparu :

Page 18, panels 2, 4 & 5 :




Page 19, panels 1 à 3 (et le panel 6 a été retouché pour faire disparaître l'adversaire de DD) :



Enfin, sur l'ultime case de cet épisode, le corps de Willow a disparu en vf :






IRON MAN : Un Ennemi de vieille Date ! (22 pages)
(This Ancient Enemy !, in Iron Man #180, mars 1984)

Scénario : Dennis O’Neil.
dessin : Luke McDonnell.
Encrage : Steve Mitchell.
Couverture : Luke McDonnell & Steve Mitchell.

Résumé :

Le Mandarin, est très fâché de la perte de la cargaison que l’Homme Radioactif était chargé de surveiller. Mais il voit là une opportunité de prendre sa revanche contre Iron Man. Tandis qu’il se promène dans Hong Kong, Rhodey découvre dans le ciel un hologramme géant d’Iron Man. Il enfile son armure et prend l’image en chasse. Après avoir échappé à un tir de missiles et à un rayon magnétique, il arrive dans une forteresse dissimulée à l’intérieur d’une montagne. Le Mandarin l’y attend. Iron Man est pris par surprises par les différents rayons jaillissant des bagues du Mandarin, et est finalement vaincu par une bague permettant au Mandarin de contrôler son esprit. Il lui ordonne alors de retirer son casque et de se trancher la gorge.

A New York, Tony Stark tente de se rendre dans l’un de ses appartements, en compagnie de Gretl, mais à chaque fois il découvre qu’il a été exproprié. Gretl, se sentant trahie, s’enfuit.


Commentaire :

Toujours cette même progression linéaire de l’action, Iron Man évitant un piège après l’autre. Même l’entrée en jeu du Mandarin, pourtant l’un des adversaires les plus redoutables du personnage, peine à nous sortir de la torpeur dans laquelle on plonge au fil des pages.


A noter :

La dernière apparition du Mandarin remonte à Iron Man Annual #5 (1982, trad. in Strange n°164-165, août-septembre 1983)


Casting :

Iron Man/James Rhodes, Tony Stark.

Gretl.

Le Mandarin, l’Homme Radioactif.


Censure :

Plusieurs cases ont été retouchées :

Page 12, panels 6 & 7 :


Page 13, panel 2 :



"Ouch !" en vo, "Même pas mal !" en vf.

Enfin la dernière case de cet épisode a disparu au profit d'un cartouche annonçant la migration d'Iron Man des pages de Strange vers celles de Nova.


Dernière modification par Niglo ; 19/10/2006 à 17h35.