Afficher un message
  #4  
Vieux 19/05/2005, 14h10
Avatar de Niglo
Niglo Niglo est déconnecté
Registered User
 
Date d'inscription: janvier 2003
Messages: 6 570
Niglo change la caisse du Fauve


HULK N°4
Arédit, Mars 1984.



HULK : La Force du Roi Vert (17 pages)
(Post Hulk… Post Holocaust !, in Incredible Hulk #238, août 1979)

Scénario : Roger Stern.
dessin : Sal Buscema.
Encrage : Jack Abel.
Couverture : Bob Layton.

Résumé :

Le président Jimmy Carter visite les ruines de Central City en compagnie du sénateur Hawk et de Clay Quartermain. Il décide de donner carte blanche à Hawk pour réorganiser la base Gamma. Doc Samson par contre remet sa démission à Hawk et quitte la base avec le général Ross, auquel il compte se consacrer.

Dans les Rocheuses canadiennes, Hulk effraie un père et sa fille, puis disparaît. On le retrouve une semaine plus tard, endormi au sommet du Mont Rushmore.

Goldbug se rend chez le Tinkerer pour récupérer le vaisseau qu’il l’a chargé de construire. Il peut à présent s’occuper de la cible qu’on lui a confié : Hulk.

Le divorce de Betty Ross et Glenn Talbot est prononcé. C’est seulement maintenant que Betty apprend l’état de santé de son père.


Commentaire :

Encore un épisode assez soporifique. Stern fait avancer ses différentes intrigues secondaires, mais l’ensemble demeure hélas peu palpitant à lire.


A noter :

Les trois épisodes précédant celui-ci ont été traduits dans Titans n°41 à 43 (juin-août 1982).

La dernière apparition de Goldbug a eu lieu dans Power Man #42 (avril 1977, trad. in Power Man et Thunderbolt, Power Man n°2, 3ème trimestre 1981).

La précédente apparition du Tinkerer et de Toy a eu lieu dans Amazing Spider-Man #183 (juillet 1978, trad. in Strange n°136, avril 1981).

Première apparition, dans l’ombre, des membres du groupe se faisant appeler ‘Les Détenteurs du Pouvoir’. On découvrira leurs visages dans Incredible Hulk #240 (octobre 1979, trad. in Hulk n°6, mai 1984).


Casting :

Hulk.

Sénateur Andrew Hawk, Clay Quartermain, Jimmy Carter, Doc Samson, général Ross, Kropotkin, Betty Ross, Glenn Talbot.

Rey, Lann, Dès.

Goldbug, Tinkerer, Toy.




POWER MAN : Chemistro ! (16 pages)
(Chemistro, in Power Man #36, octobre 1976)

Scénario : Steve Englehart.
dessin : George Tuska.
Encrage : Billy Graham.
Couverture : Ron Wilson & Klaus Janson.

Résumé :

Pendant sa pause repas, Annabelle Crawford, secrétaire chez Mainstream Motors, assiste à un combat opposant Luke Cage à Spider-Man. Puis elle retourne à son travail. Mais là, elle tombe face à un personnage costumé se faisant appeler Chemistro, le maître de l’alchémie. Celui-ci est armé d’un pistolet particulier dont le rayon, en frappant le sol sous les pieds d’Annabelle, transforme le béton en verre. Annabelle fait une grave chute qui l’amène tout droit à la clinique de Burstein. Après s’être enquit de sa santé, Luke Cage reçoit la visite de son employeur, Horace Claymore, qui lui demande de retrouver Chemistro.

Chemistro, de son vrai nom Curtis Carr, est un ancien employé de Mainstream Motors. C’est là qu’il a mis au point son pistolet alchimique, capable de transmuter la matière. Une invention qui lui coûtera sa place. Depuis, il s’est juré de se venger. Camouflé à l’intérieur d’une statue, il réussit à pénétrer dans les bureaux de la Mainstream Motors est passe à l’attaque en plein milieu d’une réunion du comité de direction de la société. Mais Luke Cage, qui s’attendait à une telle ruse, intervient. Il ne peut arrêter Chemistro, mais il parvient à le faire fuir.

De retour à son bureau, Cage y trouve Phil Fox. Ce dernier le fait chanter et menace de dévoiler son passé criminel s’il ne le paie pas. Cage le vire sans ménagement. Phil Fox avait en réalité tenté de vendre son scoop à J. Jonah Jameson, mais suite à son altercation récente avec Cage, l’éditeur ne veut plus entendre parler de lui pour quelque raison que ce soit.

Trois jours plus tard ont lieu les essais d’un nouveau prototype mis au point par Mainstream Motors. Au moment où la voiture franchit un tremplin, elle prend feu. Des décombres sort le pilote, indemne : c’est Luke Cage. Il repère Chemistro, dont le pistolet à causé l’explosion de l’automobile, et se jette sur lui. Dans la mêlée, Chemistro se tire accidentellement sur le pied. Dans un premier temps celui-ci est dur comme l’acier, mais bientôt il se brise en mille morceaux. C’est un estropié que la police conduira en prison.


Commentaire :

On cherchera en vain la moindre espèce d’originalité au personnage de Chemistro ou à ses origines. En revanche, l’action est suffisamment bien menée, et surtout le sort final qui lui est réservé est assez cruel pour faire de cet épisode une réussite.


A noter :

Cette histoire était parue à l’origine dans Luke Cage, Hero for Hire #12.

Les premières pages de cet épisode se déroulent en même temps qu’Amazing Spider-Man #123 (août 1973, trad. in Strange n°105, septembre 1978).


Casting :

Luke Cage.

Claire Temple, Noah Burstein, Phil Fox, Dave Griffith, Annabelle Crawford, Horace Claymore, J. Jonah Jameson.

Spider-Man.

Chemistro.




L’HOMME-CHOSE : L’Echo de la Souffrance, 1ère Partie : Naissance et Mort (17 pages)
(Echo of Pain !, in Man-Thing #9, mars 1981)

Scénario : Dickie MacKenzie.
Dessin : Larry Hama.
Encrage : Dan Bunaladi.
Couverture : Bob Wiacek.

Résumé :

Un jeune couple, David et Elizabeth, s’est enfui de chez leurs parents. Elizabeth est enceinte et sur le point d’accoucher. Leur voiture tombe en panne et ils trouvent refuge dans une cabane, dans les marais, où Elizabeth accouche. Tout se passe bien, mais l’eau que vont boire les deux jeunes gens est empoisonnée et ils meurent. Attiré par les cris et les émotions provenant de la cabane, l’Homme-Chose s’y rend, découvre les deux corps et emporte le bébé avec lui.

Le père de David est un journalier, employé par les parents d’Elizabeth. Ces derniers n’ont pas accepté que leur fille épouse un moins que rien, surtout le père. Malgré la haine qu’ils éprouvent l’un pour l’autre, ils partent ensemble rechercher le couple. Ils découvrent les deux cadavres, puis se lancent à la recherche du bébé. Ils tombent sur l’Homme-Chose, portant toujours l’enfant. Il est insensible aux balles qu’ils lui tirent dessus. La mère d’Elizabeth est tuée lorsqu’elle tente de tirer avec son fusil dont le canon est coincé dans le corps de l’Homme-Chose. Puis c’est son mari qui meurt, sous le toucher brûlant de la créature. Seul le père de David survivra : il surmonte sa peur pour venir en aide à sa petite-fille, et la prend des bras de l’Homme-Chose, qui reste sans réagir.


Commentaire :

Un fill-in bien meilleur que les précédents épisodes de la série, ne serait-ce que pour les planches très inventives de Larry Hama, qu’on a rarement connu aussi inspiré.


Casting :

L’Homme-Chose.




L’HOMME-CHOSE : L’Echo de la Souffrance, 2ème Partie : Celui que tout le Monde attend… (21 pages)
(Come the Dark Man Walkin’, walkin’, in Man-Thing #10, mai 1981)

Scénario : Chris Claremont.
dessin : Don Perlin.
Encrage : Bob Wiacek.
Couverture : Bob Wiacek.

Résumé :

John Kowalski, ancien militaire, se rend à Citrusville. Tandis qu’il marche le long d’une route, l’Homme-Chose apparaît. Mais face au vide émotionnel de Kowalski, il reste sans réaction. Au même moment, un motard passe, bientôt suivi par une dizaine d’autres. Le premier est Andrew Kale, et il est poursuivi par les autres, la bande de Barnaby Stone, qui accuse Andrew d’avoir voulu lui voler sa fiancée. Kowalski intervient au moment où Andrew est sur le point de se faire lyncher, et l’apparition de l’Homme-Chose fait fuir toute la bande. Andrew invite Kowalski à la ferme familiale.

Avant qu’Andrew et Kowalski n’arrivent à la ferme, Jennifer Kale y lance une incantation, à la demande de Barbara Bannister, pour tenter de localiser le shérif Daltry, sans succès. Puis Andrew et Kowalski arrivent, et ils passent tous la soirée ensemble. Une soirée calme, jusqu’à l’arrivée de l’Homme-Chose, ainsi que de la bande de Barnaby, venue se venger. Les motards parviennent à immobiliser la créature à coups de cocktails Molotov. Barnaby a un revolver et menace de tuer Andrew. Mais Kowalski s’interpose. Barnaby tire, mais les balles n’ont aucun effet sur Kowalski, qui tue Barnaby d’un simple regard.

Le calme revenu, Barbara Bannister discute avec Kowalski, qui l’attire irrésistiblement sans qu’elle puisse se l’expliquer. Kowalski lui offre son aide pour retrouver le shérif Daltry et elle accepte.


Commentaire :

L’Homme-Chose n’a qu’un rôle très secondaire ici, Claremont s’intéressant davantage à John Kowalski. Le personnage est caricatural mais pas inintéressant. En revanche, l’intrigue concernant la bande de motards n’a aucun intérêt, et le retour de Don Perlin aux dessins n’est pas fait pour arranger les choses.


A noter :

Le personnage de John Kowalski est apparu dans la série War is Hell (au numéro 9 plus exactement, les précédents numéros de cette série ne contenant que des rééditions). Sergent-major de l’armée américaine, il fut chassé en 1937 de l’armée suite à de fausses accusations d’espionnage, et renvoyé en Pologne, son pays d’origine. Il fut tué lors de l’invasion du pays le 1er septembre 1939. Il devint un fantôme, condamné à passer d’un corps de victime de la guerre à un autre. Le personnage apparaît dans War is Hell #9 à 15 (octobre 1974 à octobre 1975, non traduits). C’est la première fois ici qu’il apparaît dans une série contemporaine. Il semble avoir de nouveaux pouvoirs, et un corps dont il ne peut se défaire, mais Claremont demeure flou dans cet épisode sur sa situation actuelle et l’étendue de ses pouvoirs.


Casting :

L’Homme-Chose.

John Kowalski, Andrew Kale, Jennifer Kale, Joshua Kale, Barbara Bannister, Wong.

Barnaby Stone.

Dernière modification par Niglo ; 23/04/2006 à 23h09.