Afficher un message
  #5  
Vieux 23/04/2005, 09h22
Avatar de Niglo
Niglo Niglo est déconnecté
Registered User
 
Date d'inscription: janvier 2003
Messages: 6 570
Niglo change la caisse du Fauve


THOR N°5
Arédit, mars 1984.



THOR : Ego fut ! (18 pages)
(Ego : Beginning and End, in Thor #x228, octobre 1974)

Scénario : Gerry Conway.
dessin : Rich Buckler, Arvell Jones & Keith Pollard.
Encrage : Joe Sinnott.
Couverture : Rich Buckler & Frank Giacoia.

Résumé :

Lorsque Mjolnir frappe le cerveau d’Ego, Thor se trouve soudain aspiré en lui, et va revivre alors ses derniers souvenirs, alors qu’il était encore humain. Il s’appelait alors Egros, et était le responsable du projet Cœur du Monde, dont le but était d’assurer la survie des habitants de sa planète, sur le point d’être ravagée par son soleil se transformant en super-nova. Au cœur de la planète a été bâti un immense complexe où tous les êtres vivants de la planète ont été mis en suspension animée. Mais l’explosion du soleil a lieu quelques secondes plus tôt que prévu, avant qu’Egros ait pu sceller les portes du complexe. Frappé par les radiations, il ne va plus faire qu’un avec la planète, tandis que ses deux milliards de compatriotes meurent. Thor comprend que l’origine de la démence actuelle d’Ego trouve ses racines dans cet événement.

L’attaque de Thor n’a pas tué Ego. Mais elle a donné suffisamment de temps à Galactus pour installer un immense système de propulsion sur l’axe polaire de la planète vivante. Lorsqu’il le met en marche, Ego se trouve projeté à l’autre bout de la galaxie, impuissant à freiner ou infléchir sa course. La menace écartée, le Seigneur du Feu demande à Galactus de retrouver sa liberté. Celui-ci accepte, à condition que Thor lui trouve un nouveau héraut. Ils se rendent sur Terre où ils remettent à Galactus la carcasse inerte du Destructeur. Galactus le ranime en lui donnant une portion de son énergie vitale, puis part avec lui, non sans avoir promis qu’il laisserait désormais la Terre en paix.


Commentaire :

La majeure partie de cet épisode est consacrée aux origines d’Ego, qui ne sont pas sans rappeler celles de Galactus. Gerry Conway en profite pour humaniser sensiblement l’un comme l’autre.

Trois dessinateurs différents ont collaboré sur cet épisode, mais l’encrage très marqué de Sinnott uniformise l’ensemble, en faisant un honnête pastiche kirbyen.


Casting :

Thor.

Hercule, Galactus, le Seigneur du Feu (Firelord), le Destructeur.

Odin, Sif.

Ego.

Flashback (p.4-11) : Egros, Chimu.




GIANT-MAN ET LA GUEPE : Sur des Epines (16 pages)
(Giant-Man and the Wasp : Trapped by the Porcupine !, in Tales to Astonish #53, mars 1964)

Scénario : Stan Lee.
dessin & encrage : Dick Ayers.
Couverture : Dick Ayers & Sol Brodsky.

Résumé :

Durant un spectacle au profit d’un orphelinat, le Porc-Epic attaque Giant-Man et la Guêpe. Giant-Man s’en sort avec la cheville cassée. Pour pouvoir l’approcher à l’hôpital où il a été admis, le Porc-Epic s’inscrit à son fan-club et lui rend visite en compagnie de jeunes costumés. Malgré le gaz soporifique qu’il répand dans la pièce, Giant-Man parvient à le mettre en fuite. Mais le Porc-Epic a réussi à capturer la Guêpe. Après l’avoir enfermée chez lui, il la laisse s’échapper et la suit grâce à un mouchard jusque chez Giant-Man. Sur place, Il se débarrasse de la Guêpe grâce à du papier tue-mouche, puis s’attaque à Giant-Man. Ca ne se passe pas mieux pour lui que la fois précédente, et pour le vaincre il s’empare de ses pilules lui permettant de changer de taille. Il compte devenir un géant et avale plusieurs pilules, mais réalise alors qu’il s’agit de pilules rétrécissantes, et il commence à rapetisser jusqu’à disparaître complètement.


Commentaire :

Episode typique de ce que la série a pu nous offrir à l’époque, un vilain parfaitement ridicule, un scénario abracadabrant et une succession de scènes invraisemblables. Rigolo comme tout.


A noter :

Deuxième apparition du Porc-Epic, après Tales to Astonish #48 (octobre 1963, trad. in Le Mystère de Wundagore, Les Vengeurs n°8, octobre 1982).


Casting :

Giant-Man, la Guêpe (Wasp).

Le Porc-Epic (Porcupine).




LE MAITRE DU KUNG FU : Les Guerriers de l’Aube Dorée, 1ère partie : Le Phénix et le Serpent (17 pages)
(Warriors of the Golden Dawn, part I : the Phoenix and the Snake, in Master of Kung Fu #83, décembre 1979)

Scénario : Doug Moench.
dessin : Mike Zeck.
Encrage : Gene Day.
Couverture : Mike Zeck.

Résumé :

Dans la forteresse qu’il a fait bâtir en plein cœur des Andes, Kou Namfu a réuni les membres de diverses sectes : Si-Fans, Phansigars, Thugs, Assassins, Templiers, Culte du Léopard et Chercheurs de Lumière, qu’il veut unir sous sa propre bannière, celle de l’Ordre de l’Aube Dorée. Sous l’emprise de l’opium, Kou Namfu se voit menant les quatre cavaliers de l’Apocalypse à la conquête du monde. Plus tard, il reçoit la visite de sa fille, Fah Lo Suee, et de Zaran. Enfin, il constate les progrès effectués par ses savants chargés de reprogrammer divers membres importants de la communauté internationale kidnappés par Kou Namfu.

Pendant ce temps, à Casablanca, Sir Denis Nayland Smith est conduit par ses ravisseurs devant celle qui a commandité son enlèvement : Karamenah, la femme de Petrie. Non seulement elle n’est pas morte, mais grâce à l’elixir de Kou Namfu elle a le corps d’une jeune femme de vingt ans, alors qu’elle a presque quatre fois cet âge.


Commentaire :

Un épisode étrange, dont Kou Namfu est le principal narrateur. Doug Moench, en plus d’aller puiser son inspiration dans l’œuvre de Sax Rohmer, emprunte également à une œuvre beaucoup plus récente, assez peu connue en France : la trilogie Illuminatus de Robert Shea et Robert Anton Wilson. Il s’agit d’une œuvre parue dans les années 70, partiellement traduite en France (les deux premiers volumes sont parus dans l’éphémère collection Abysses publiée par la Librairie des Champs Elysées à la fin des années 90), dans laquelle diverses sectes et groupes extrémistes s’affrontent pour le contrôle de la planète. Une relecture paranoïaque et hallucinée de l’histoire du monde, jouant sur la théorie du complot, et dont l’écriture emprunte davantage à William Burroughs qu’à la s-f traditionnelle. Tout cela relève évidemment du jeu littéraire, mais il semblerait que certains aient pris les nombreux clins d’œil de Moench à Illuminatus au premier degré (voir le passage consacré à cet épisode dans le dossier Master of Kung Fu paru dans Scarce n°47).


A noter :

Zaran était précédemment apparu dans Master of Kung Fu #79 (août 1979, trad. in Eclipso n°84, février 1983) ; Kou Namfu et Fah Lo Suee dans Master of Kung Fu #80 (septembre 1979, trad. In Thor n°2, novembre 1983).


Casting :

Yang Shi (Shang Chi)

Sir Denis Nayland Smith, Clive Reston, Black Jack Tarr, Leiko Wu, Melissa Greville.

Lyman Leeks, Karamenah.

Kou Namfu (Fu Manchu), Fah Lo Suee, Zaran, Maru.




LES VENGEURS : La Guerre des Cerveaux (20 pages)
(Check and Mate, in Avengers #108, février 1973)

Scénario : Steve Englehart.
dessin : Don Heck.
Encrage : Dave Cockrum & Joe Sinnott.
Couverture : Rich Buckler & Joe Sinnott.

Résumé :

Vision ayant accepté que son cerveau soit transplanté dans le corps de Captain America, le Fantôme de l’Espace part à la recherche de ce dernier. Mais ce que lui et le Faucheur ignorent, c’est que Cap se trouve sur place et a fait signe à Vision d’accepter la proposition du Faucheur. Ensemble ils le mettent KO, et vont délivrer les autres Vengeurs. C’est alors que le Fantôme de l’Espace revient, accompagné d’agents de l’HYDRE, et parvient à les vaincre en utilisant des ondes ultrasoniques. Seul Vision y est insensible, mais le Fantôme de l’Espace menace de tuer le Faucheur si l’androïde ne se rend pas. Le Fantôme de l’Espace réalise alors que la Sorcière Rouge s’est échappée et part à sa poursuite. Il la capture avant qu’elle n’atteigne le Manoir des Vengeurs, puis capture à leur tour Jarvis et Rick Jones. Ce dernier tentera de libérer les Vengeurs, sans succès. Le Fantôme de l’Espace trouve amusant de prendre la place de Rick Jones pour tuer les Vengeurs. Mais lorsqu’il tente de l’envoyer dans les limbes, il déclenche le lien qui l’unit à Captain Marvel. Rick Jones atterrit dans la Zone Négative, tandis que le Fantôme de l’Espace est une nouvelle fois exilé dans les limbes. Captain Marvel parvient sans mal à libérer les Vengeurs et, ensemble, ils se débarrassent des derniers agents de l’HYDRE. Le Faucheur quant à lui choisit de se rendre. Plus tard, au Manoir des Vengeurs, Vision fait un premier pas en direction de la Sorcière Rouge.


Commentaire :

Le cas Vision est expédié dès les premières pages de l’épisode, et le reste est consacré au combat entre les Vengeurs et le Fantôme de l’Espace et ses troupes. Dommage, il y avait là un sujet intéressant, qu’Englehart n’a abordé que superficiellement.


A noter :

Retour de Thor à la fin de l’épisode, après une absence de trois mois.


Casting :

Les Vengeurs : Captain America, Iron Man, Vision, la Sorcière Rouge (Scarlet Witch), Oeil de Faucon (Hawkeye), Pantherman, Thor.

Captain Marvel, Rick Jones, Jarvis.

Le Fantôme de l’Espace (Space Phantom), le Faucheur (Grim Reaper), les agents de l’HYDRE.

Dernière modification par Niglo ; 29/04/2006 à 22h15.