Afficher un message
  #1  
Vieux 02/04/2005, 09h30
Avatar de Niglo
Niglo Niglo est déconnecté
Registered User
 
Date d'inscription: janvier 2003
Messages: 6 570
Niglo change la caisse du Fauve
Les parutions vf : Spidey



Spidey n°60
Janvier 1985



LES X-MEN : CORBEAU ROUGE (15 pages).
(Red Raven, Red Raven, in Uncanny X-Men #44, mai 1968).

Scénario : Gary Friedrich.
Dessin : Don Heck, Werner Roth.
Encrage : John Tartaglione.
Couverture : Don Heck & John Tartaglione.

Résumé :

Les X-Men ont été capturés par Magnéto et sa Confrérie des Mauvais Mutants, mais Angel parvient à s’évader et tente de regagner le continent pour demander l’aide des Vengeurs. En cours de route, il est pris dans une tempête et trouve refuge sur un minuscule îlot. Là, il découvre dans une caverne une ville futuriste, et est attaqué par un homme ailé baptisé le Corbeau Rouge. Ce dernier lui raconte son histoire : enfant, il fut le seul survivant d’un crash aérien et fut recueilli par un peuple d’hommes-oiseaux et élevé comme l’un des leurs. Mais ceux-ci ont pour projet d’attaquer le reste de la planète, et pour contrecarrer leurs plans, le Corbeau Rouge va les placer en état d’hibernation. Depuis, il veille sur eux, attendant que la Terre soit en mesure de se défendre avant de les ranimer. Son récit terminé, il met Angel K.O. puis renvoie l’île au fond de la mer. Angel peut reprendre sa route vers le continent.


Commentaire :

Etrange épisode, qui marque une rupture dans la storyline en cours pour réintroduire un personnage oublié du golden age avant de le faire disparaître à nouveau. Même si c’est Gary Friedrich qui est crédité au scénario, on se doute que Roy Thomas, en fin connaisseur du Golden Age qu’il est, n’est pas étranger au retour de ce personnage. Hormis le fait de mettre pour la première fois face à face Angel et son ancêtre ailé, cet épisode ne présente guère d’intérêt.


A noter :

Le Corbeau Rouge fit sa première apparition en août 1940 dans les pages de Red Raven Comics #1, signé Joe Simon et Louis Cazeneuve. Cet épisode constitue sa première apparition dans l’ère moderne du Marvel Universe. On le reverra quelques temps plus tard dans Submariner #26 (juin 1970, trad. in Submariner n°2, Arédit, janvier 1977).

Ce Corbeau Rouge n’est en réalité pas le vrai. Il s’agit d’un robot chargé de remplacer l’original. Ce dernier ne fera en fait sa réapparition dans le monde moderne que dans Nova v.3 #4 (août 1999, non traduit).

Lorsqu’il tente d’empêcher Angel de s’évader, Vif-Argent s’envole. Ce n’est pas la première fois qu’il fait usage de ce pouvoir, dont il a fait la démonstration initialement dans Avengers #43 (août 1967, trad. in Submariner n°8, Arédit, avril 1978). L’idée a depuis été abandonnée par les scénaristes.


Casting :

X-Men : Cyclope, le Fauve, Strange Girl, Angel, Iceberg.

La Confrérie des Mauvais Mutants : Magnéto, le Crapaud (Toad), Vif-Argent (Quicksilver), la Sorcière Ecarlate (Scarlet Witch).

Le Corbeau Rouge (Red Raven).


LES ORIGINES DES X-MEN : VOICI VENIR ICEBERG ! (5 pages).
(Iceman – The Iceman cometh, in Uncanny X-Men #44, mai 1968).

Scénario : Gary Friedrich.
Dessin : George Tuska.
Encrage : John Verpoorten.

Résumé :

Alors qu’il sort du cinéma en compagnie d’une amie, Bobby Drake est agressé par la bande de Rocky Beasely. Il utilise ses pouvoirs pour les faire fuir, effrayant par la même occasion sa compagne. Le bruit que Drake est un mutant se répand aussitôt dans le quartier, et un groupe de citoyen se rend chez ses parents pour l’arrêter et le jeter en prison.


Commentaire :

Classique récit qui voit le pauvre mutant victime de la peur et de la haine de ses contemporains.


A noter :

Première apparition des parents d’Iceberg.


Casting :

Iceberg, Cyclope, Professeur X.

William Drake, Madeline Drake.

Rocky Beasely, Judy.




LA SAGA DE CRYSTAR : UN DIABLE EN BALADE ! (22 pages).
(Demon, in Saga of Crystar #6, mars 1984).

Scénario: Mary Jo Duffy.
Dessin : Ricardo Villamonte.
Encrage : Dave Simons.
Couverture : Michael Golden.

Résumé :

Alors qu’il passe la soirée chez son amie Amanda Sefton, Diablo se téléporte accidentellement sur Crystalium. Son apparence démoniaque le fait prendre pour un agent de Moltar. Ce dernier l’accueille d’ailleurs à bras ouvert. Dans un premier temps Diablo ne réagit pas, mais lorsqu’Ika est capturée et menacée d’être exécutée, il prend sa défense contre le mage Zardeth. Cette dernière va aussitôt tomber amoureuse de lui, mais acceptera néanmoins de l’aider à regagner son univers d’origine.


Commentaire :

Deuxième rencontre entre le monde de Crystar et le Marvel Universe, après l’apparition du Docteur Strange dans le troisième épisode de la série. Le prétexte pour envoyer Diablo là-bas est un peu mince (les restes de magie flottant dans la pièce où il se trouve ont perturbé ses pouvoirs), mais qu’importe. Le scénario n’est pas déplaisant à lire et les héroïnes de Villamonte toujours aussi charmantes.


A noter :

Le MarvelChronologyProject situe cette apparition de Diablo juste après Uncanny X-Men #179 (mars 1984, trad. in Mutants contre mutants, album Les Etranges X-Men n°10, mars 1987).


Casting :

Crystar.

Diablo (Nightcrawler), Amanda Sefton.

Kalibar, Stalax, Warbow, Koth, Ika.

Moltar, Zardeth, Lady Lavour.

Lord Feldspar.




ET SI ELEKTRA N’ETAIT PAS MORTE ? (15 pages sur 16)
(What if Bullseye had not killed Elektra ?, in What If ? v.1 #35, octobre 1982).

Scénario et dessin : Frank Miller.
Encrage : Terry Austin.
Couverture : Ed Hannigan & Terry Austin.

Résumé :

Point de divergence : Daredevil #181. Lors de son évasion de la prison de Ryker, le Tireur est abattu par un garde. Lorsqu’elle refuse d’exécuter Foggy Nelson, le Caïd lance aux trousses d’Elektra plusieurs tueurs, mais elle parvient à leur échapper et trouve refuge chez Matt Murdock. Ensemble, ils quittent le pays.


Commentaire :

Si Elektra n’était pas morte, elle et Daredevil couleraient des jours paisibles loin de New York. Ce qui n’a pas grand intérêt en soi, mais nous donne l’occasion de voir Frank Miller en action une fois de plus.


A noter :

Une fois de plus, les planches de Miller ont été largement retouchées par Lug pour cette publication.

Rééditions de cet épisode : in Elektra ressuscitée, Marvel Top n°5, mars 1998 ; in Daredevil : l’intégrale n°2, 2004.


Casting :

Elektra, Daredevil.

Foggy Nelson, Becky Blake.

Le Caïd (Kingpin), Erik Slaughter, le Tireur (Bullseye).

Le Gardien (Watcher).


SOUS LE SIGNE DU CHAT (7 pages)
(And thus are born the Cat People, in What If ? v.1 #35, octobre 1982).

Scénario : Roger Stern.
Dessin & encrage : Steve Ditko.

Résumé :

Au Moyen Âge, le magicien Ebrok transforme un chat en un être humanoïde qu’il baptise Flavius. Il lui donne ensuite une compagne, Hélène, puis d’autres hommes-chats qu’il va donner à ses amis. L’espèce va bientôt se mettre à proliférer, menaçant à terme la suprématie humaine. Il est donc décidé de les exiler dans une autre dimension. Seuls Flavius et Hélène ont échappé à ce sort en créant un procédé leur permettant de prendre momentanément une apparence humaine. Lorsqu’ils seront découverts et qu’Ebrok mourra, ils s’enfuiront et vivront cachés dans les montagnes.


Commentaire :

Gentille historiette consacrée aux origines du Peuple Chat, race du MU liée au personnage de Tigra. Même si on est à des années-lumière de ses meilleurs travaux, le style de Ditko ici convient bien à ce récit.


Casting :

Ebrok, Flavius, Hélène.

Tigra.

Le Gardien.

Dernière modification par Niglo ; 01/05/2006 à 00h14.