Afficher un message
  #795  
Vieux 22/06/2019, 16h23
Avatar de Man-Thing
Man-Thing Man-Thing est déconnecté
Gardien du nexus
-Généalogiste Sénile--Sentinelle du Temple-
 
Date d'inscription: avril 2005
Localisation: Un marais des everglades
Messages: 3 760
Man-Thing vend des journaux à Matt MurdockMan-Thing vend des journaux à Matt MurdockMan-Thing vend des journaux à Matt MurdockMan-Thing vend des journaux à Matt MurdockMan-Thing vend des journaux à Matt MurdockMan-Thing vend des journaux à Matt MurdockMan-Thing vend des journaux à Matt MurdockMan-Thing vend des journaux à Matt MurdockMan-Thing vend des journaux à Matt MurdockMan-Thing vend des journaux à Matt MurdockMan-Thing vend des journaux à Matt Murdock


MARVEL

Catégorie « Excellent »

Spider-man life story 4

Genre : Spidey cinquantenaire et la guerre des clones

Dans les années 90, Spidey a désormais 50 ans bien tapés, est un homme d’affaires plein de succès, a des problèmes de couple et reçoit une offre de business de la part d’un Stark soixantenaire qu’il rejete car ce dernier n’est jamais sorti du marché des armes. Grâce à une armure spécifique, il contnue à aider les gens en tant que super-héros. C’est à ce moment que son passé et plus spécifiquement les évènements du numéro 2 de la mini-série (les années 70) lui revient en pleine poire et que la guerre des clones survient.
Les auteurs nous livrent encore une fois une très bonne version réaliste d’un célèbre crossover des 90’s. Le numéro est peut-être un rien plus optimiste que les numéros précédents et utilise très bien les évènements que nous connaissons et une histoire parmi les plus compliquées, montrant avec intelligence son lien avec
. La fin est très belle, montrant ce qui était prévu à la base concernant son avenir. On se régale d’avance des deux derniers numéros. Il est aussi très appréciable d’avoir une intrigue tournant autour de personnages assez âgés (fin de la cinquantaine jusqu’à 70-80 ans pour certains). Toujours une très très bonne utilisation de Spider-man et de son univers.

Scénario : 16/20
Dialogues : 17/20
Dessins, encrage, couleur : 17/20
Note finale : 17/20

Catégorie « Très bon »

Invaders 6

Genre : les plans de Namor se concrétisent

Namor envahit une nouvelle fois les USA et fait face à ses anciens alliés des Invaders.

Encore un numéro très réussi et prenant, avec de très chouettes dessins. Les envahisseurs sont très bien mis en scène et c’est un vrai plaisir de voir les personnages aussi bien utilisés. L’intrigue de ce numéro très centrée sur l’action est efficace et va à l’essentiel.

Scénario : 14/20
Dialogues : 16/20
Dessins, encrage, couleur : 16/20
Note finale : 16/20

Symbiote Spider-man 3

Genre : Mysterio et la chatte noire

Mysterio utilise Black cat pour parvenir à ses fins, jouant sur ses incertitudes.
David continue à très bien écrire ses personnages, leurs doutes et leur vie quotidienne. Son portrait de Mysterio le rend très crédible et le plan de ce dernier ne sent pas bon poursa santé. La mini tient pour l’instant ses promesses avec un Greg Land toujours aussi agréable et pas trop figé.

Scénario : 15/20
Dialogues : 16/20
Dessins, encrage, couleur : 15/20
Note finale : 16/20

Catégorie « Bon »

The superior Spider-man 7 (tie-in War of the realms)

Genre : Spock fait face à l’invasion de San Francisco par les troupes de Malekith

Comme dans le reste du monde, San Francisco est attaqué par les armées de Malekith, ici et spécifiquement par les géants des glaces. Il utilise sa technologie et l’aide des west coast avengers basés à Los Angeles.
Un premier numéro tie-in simple mais efficace, qui manque de surprises mais bénéficie d’une bonne réalisation, notamment dans les dessins dynamiques de Medina et les dialogues très vivants et souvent amusants, le ton entre les jeunes héros et le plutôt vieux anti-héros étant réussis.
Scénario : 14/20
Dialogues : 15/20
Dessins, encrage, couleur : 15/20
Note finale : 14/20

War of the realms : war scrolls 3

Genre : Daredevil, Docteur Doom et She-Hulk font face à War of the realms

Dans ce dernier numéro, DD règle ses comptes avec Malekith grâce à ses nouveaux pouvoirs, Une petite fille raconte la façon dont Fatalis a géré l’invasion de la Latvérie par les alliés de Malekith et She-Hulk n’ose pas avouer à sa belle-mère qu’elle sort avec Thor.

Comme souvent, 3 histoires inégales. La fin de l’histoire de Daredevil est simple et efficace, avec des dessins un peu trop épurés. Aaron donne un rôle qui aurait pu être de premier plan au personnage avec une jolie fin à cette intrigue qui demeure annexe dans le crossover et pas du tout nécessaire à l’intrigue principale, comme si elle se passait dans un What if.
La seconde histoire consacrée à Doom est la plus réussie du numéro et même des trois numéros de l’anthologie. On y suit les pensées d’un personnage latvérien anonyme qu’on découvre peu à peu être une petite fille. Doom essuie toujours le contrecoup de son échec à exploiter Galactus comme source d’énergie à cause des FF dans leur série au moment où l’invasion des elfes noirs survient. Que va faire celui qui est à la fois le héros et le dictateur de la Latvérie mais aussi un simple mortel en proie au doute ? Une histoire vraiment belle malgré des dessins assez basiques et qui permet de mieux comprendre l’état d’esprit des sujets du super criminel et de leur chef.
La dernière histoire est à la fois la plus inintéressante du numéro et la plus mal dessinée. Elle se déroule au moment du coup de force mené par Pupu, She-Hulk, le nouveau Ghost rider, Blade et la mère de Thor sur le black Bifrost. She-Hulk hésite à dire à sa presque belle-mère qu’elle sort avec son fils et il n’y a rien de passionnant, la mentalité des asgardiens et de notre héroïne laissant facilement deviner la suite. Les dessins de Simone d’Armini m’ont souverainement déplu.
En bref, fin de cette anthologie nullement indispensable pour comprendre la série principale et dans l’ensemble très dispensable à quelques histoires près.

Scénario : 14/20
Dialogues : 14/20
Dessins, encrage, couleur : 13/20
Note finale : 14/20


Captain America 11 (numérotation Legacy 715)

Genre : Prison break

Les daughters of Liberty mettent en place leur plan visant à faire s’évader Cap de la prison de Von Strucker.
Un numéro très simple, très axé action et un peu trop bavard mais pas désagréable à lire. C’est toujours trop décompressé et c’est fort dommage.

Scénario : 13/20
Dialogues : 14/20
Dessins, encrage, couleur : 13/20
Note finale : 13/20

Guardians of the galaxy 6 (numérotation Legacy 156)

Genre : Résolution du la première arche narrative

La résurrection de Thanos est plus proche que jamais. Les héros pourront ils l’arrêter ?
Un numéro pas folichon qui permet surtout à Cates de boucler une bonne fois le casting de son équipe avec un roster plutôt intéressant bien que plutôt classique, comme si il voulait appuyer leur nouveau statut de vengeurs de l’espace. Ce numéro annonce un arc centré sur Rocket raccoon et sa mystérieuse mort. Les évènements de l’annual donnent envie de le lire.

Scénario : 12/20
Dialogues : 14/20
Dessins, encrage, couleur : 14/20
Note finale : 13/20

Catégorie « Sympa »

Silver surfer black 1

Genre : Tradd Moore et son style si bizarre

Suite aux évènements survenus dans le titre Gardiens de la galaxie également écrit par Cates, le surfeur est prisonnier du trou noir créée par le black order pour disperser les nombreux et puissants héros lâchés aux trousses de Gamorra. Il y découvre de nouveaux ennemis très dangereux et que l’on croyait morts.
Cates exploite ses créations et le contenu de ses scénarios (son embryon de "Catesverse" qu’il commence à mettre en place à la manière d’un Peter David) pour mettre à mal le pauvre Norrin Radd, seul face à une menace aussi dangereuse que celle de Galactus. Il est épaulé par Tradd Moore et ses dessins très épurés qui semblent tout faire pour évoquer les mouvements de l’eau, utilisant le corps invincible et malléable du surfeur pour montrer ses tourments. Les décors sont presque inexistants et seule la colorisation de Dave Stewart donne un peu de corps au style personnel très spécial de Moore, un dessinateur dont je n’aime décidément pas du tout le style. Le contenu du numéro est une introduction à ce qui va venir autant qu’une explication du sauvetage des héros.

Scénario : 13/20
Dialogues : 14/20
Dessins, encrage, couleur : 08/20
Note finale : 12/20

The Punisher 15 (numérotation Legacy 240)

Genre : Punisher Crusoé

Après avoir tout pété à Bagaglia, Pupu est coincé sur une petite île de l’océan atlantique avec d’anciens alliés d’Hydra. Comment rejoindre la civilisation et la trace de Zemo?
Un numéro assez chiant bien que plutôt original dans sa narration. Il donne l’impression qu’on aurait pu faire son économie et entrer directement dans le vif du sujet plutôt que subir cette introduction guère passionnante.

Scénario : 10/20
Dialogues : 14/20
Dessins, encrage, couleur : 14/20
Note finale : 12/20

Venom 15 (numérotation Legacy 180 - tie-in War of the realms)

Genre : Fin des mésaventures de Venom durant la crossover du moment


Venom affronte toujours son ennemi juré de la très bonne ère Flash Thomson et va mettre un terme à un combat qui embrase New-York. Les efforts de la sorcière elfe noire qui veut le corrompre porteront ils leurs fruits ?
Un numéro de pure action graphiquement très chouette (Coello sait y faire en baston) mais sans surprises pour le reste. On est très contents que la période tie-in à war of the realms soit finit, le titre l’ayant relativement mal gérée et exploitée, l’histoire racontée n’ayant aucun impact dans la série principale et semblant même se dérouler dans une sorte de What if. La dernière page annonce le crossover de l’été centré sur Carnage et fait déjà plus rêver.

Scénario : 10/20
Dialogues : 13/20
Dessins, encrage, couleur : 15/20
Note finale : 12/20

__________________
"Whatever knows fear burns at the man-thing's touch!"

Chroniques VO 04/08/19 : Batman last knight on earth 2, Cap 12, FF 12 et Venom annual 1!
Réponse avec citation