Afficher un message
  #763  
Vieux 27/12/2018, 18h24
Avatar de Man-Thing
Man-Thing Man-Thing est déconnecté
Gardien du nexus
-Généalogiste Sénile--Sentinelle du Temple-
 
Date d'inscription: avril 2005
Localisation: Un marais des everglades
Messages: 4 118
Man-Thing vise plus juste que le TireurMan-Thing vise plus juste que le TireurMan-Thing vise plus juste que le TireurMan-Thing vise plus juste que le TireurMan-Thing vise plus juste que le TireurMan-Thing vise plus juste que le TireurMan-Thing vise plus juste que le TireurMan-Thing vise plus juste que le TireurMan-Thing vise plus juste que le TireurMan-Thing vise plus juste que le TireurMan-Thing vise plus juste que le Tireur
Pas d'images pour cette fois. La flemme d'en mettre pour chacune de mes nombreuses lectures de fin d'année!



DC

Catégorie « Excellent »

RIEN

Catégorie « Très bon »

Freedom fighters 1

Genre : le retour

Ce premier numéro de cette nouvelle mouture des Freedom Fighters, JLA d'un monde dans lequel l'Allemagne nazie a conquis le monde et les USA en particulier est une excellente surprise grâce à son habile narration.
Situé en 1963, le numéro démarre exactement une seconde après la couverture qui en constitue la première case. Simple mais ultra efficace!
Nous y découvrons des super nazis qui semblent impossibles à arrêter et les évènements décrits son extrêmement sombres. 55 ans plus tard, de nouveaux héros font leur apparition, bien décidés à remplacer les anciens et à accomplir leur mission de libération du monde.

Cette mini-série devrait être d'excellente facture si elle se poursuit avec autant de talent par la suite. Scénario comme dessins sont maîtrisés même si très classiques. Un très bonne surprise.

Scénario : 14/20
Dialogues :15/20
Dessins, encrage, couleur : 16/20
Note finale : 15/20

Catégorie « Bon »

Harley Queen 54 à 56

Genre : Bataille de followers, fête de noël et chats voleurs

Dans ces trois numéros, Harley règle ses comptes avec Minor Disaster la conseille dans ses problèmes familiaux, organise un réveillon de noël mémorable et aide un ancien super criminel à faire adopter ses nombreux chats pickpockets dans son voisinage, se heurtant au passage à une animalerie gérée par des débiles.

Trois numéros agréables et bien menés malgré la diversité de leurs auteurs. La cohérence graphique et scénaristique est remarquable.

Scénario : 14/20
Dialogues :14/20
Dessins, encrage, couleur : 15/20
Note finale : 14/20


MARVEL

Catégorie « Excellent »

Fantastic four 5 (Numérotation Legacy 650)

Genre : Le mariage du siècle

Ben Grimm et Alicia Masters se marient enfin dans ce numéro. C'était pourtant tellement évident qu'on se demande pourquoi ça n'a pas été fait avant.
Ce spécial à près de 8 dollars les vaut largement car Dan Slott y raconte les préparatifs mouvementés du mariage, l'évènement proprement dit mais aussi les grands évènements qui y'ont mené avec autant de brio que de finesse, nous mettant totalement dans la peau de Ben Grimm, un des personnages les plus humains et sympathiques de l'univers Marvel, ce qu'il a le bon goût de nous faire nous remémorer dans ces pages. Il dresse également un beau portrait de la relation avortée Sue/Ben avec notamment un passage poignant. On peut également lire la soirée d'enterrement de vie de garçon très américaine de Ben en compagnie des nombreux super-hérs qu'il compte parmi ses amis.

Un numéro plein d'humour, de tendresse, de références et un mariage qui ne pouvait pas échapper à la patte Marvel dans son déroulement comme le souligne Ben à de nombreuses reprises. A noter la brochette d'artistes très bien employés (mention spéciale aux planches des Allred et d'Adam Hughes et malgré des planches peu folichonnes de Kuder) et l'excellent moment plein de nostalgie qu'on ressent à la lecture de ce gros numéros de près de 100 pages à vue de nez. La relation Spidey/Thing est également toujours aussi vivante et c'est tant mieux. J'ai également aussi beaucoup aimé le personnage de Reed dans ce numéro, avec toujours un coup d'avance.

Scénario : 16/20
Dialogues :18/20
Dessins, encrage, couleur : 17/20
Note finale : 18/20

Catégorie « Très bon »

Superior Spider-man 1

Genre : Le retour de Spider Ock

Après les évènements de Spider-geddon (voir ci-dessous), Octopus est de retour à San Francisco, qu'il entend bien protéger de la criminalité locale pour se racheter de ses méfaits passés sous l'identité de Superior Spider-man et sous celle du brillant professeur Tolliver au civil, le docteur Octopus étant considéré mort et enterré.
Avec l'aide de l'équipe de criminels de seconde zone qu'il a appréhendé dans le one shot "The superior octopus" et celle de son amour Anna Maria, qui l'a démasqué, il combat le crime qu'il soit aussi inoffensif que Stilt-man ou aussi dangereux que le puissant Terrax qui vient de revenir sur Terre.
Un premier numéro brillant narré par un Christos Gage en grande forme comme d'habitude et avec des dessins très efficaces de Mike Hawthorne. Ce titre est un régal en perspective.

Scénario : 16/20
Dialogues :17/20
Dessins, encrage, couleur : 16/20
Note finale : 16/20

Web of Venom : Carnage born 1


Genre : renaissance

Carnage est mort en essayant de ressusciter le grand ancien Chton dans les pages de la très bonne série récente portant son nom. Dans ce numéro one shot, Donny Cates replonge dans son passé et sa psyché pour le moins perturbée et nous présente sa résurrection des mains d'un culte dévoué au nouvel ennemi mortel de Venom.

Un numéro aussi perturbant que magistral qui fait honneur à un des méchants les plus flippants de l'univers Marvel malgré des dessins pas enthousiasmants de Beyruth.

Scénario : 16/20
Dialogues :16/20
Dessins, encrage, couleur : 15/20
Note finale : 16/20

Fantastic four 3 et 4 (numérotation Legacy 648 et 649)

Genre : Le vrai retour des FF

Dans le numéro 3, confrontés à une de leurs ennemies les plus dangereuses jusqu'ici, Reed convoque tous les super-héros qui ont fait partie de l'équipe à un moment ou à un autre de son histoire et le moins qu'on puisse dire est que la famille est étendue!
Sara Pichelli accuse une forte baisse de régime et est épaulée par Nico Leon qui ne parvient pas tout à fait à sauver ses planches par moments. Dommage après deux numéros assez réussis de sa part.

Dans le numéro 4, les FF reviennent sur Terre et tombent en plein combat entre la wrecking crew et une étrange nouvelle équipe de super-héros qui a racheté le Baxter Building, les Fantastix.
Ce numéro est dessiné par Stefano Caselli et Nico Leon et est bien plus convaincant du point de vue des dessins. Après 3 numéros contre une puissante méchante, ce numéro plus anodin et humoristique est extrêmement plaisant et réussi, complêtement dans l'esprit habituel de la série, avec en prime une résolution d'intrigue aussi surprenante que réussie. Il marque aussi un changement d'adresse hautement symbolique pour les FF.

Deux numéros de haute volée malgré les problèmes de dessins ponctuels. Les FF comme on les aime, avec en prime un emploi judicieux de Valeria Richards.

Scénario : 16/20
Dialogues :17/20
Dessins, encrage, couleur : 15/20
Note finale : 16/20

Venom 8 et 9 (numérotation Legacy 173 et 174)

Genre : Brock se reconnecte avec le présent

Eddie Brock découvre la vérité sur son prédecesseur et décide d'intérroger son père avec lequel il est en froid depuis des années (et pas vu depuis la prmière mini-série de Venom dans les années 90!)

Deux numéros qui font un peu sas de décompression après les numéros haletants qui les ont précédés. Toujours aussi bien racontés par Donny Cates et avec de chouettes dessins de Stegman (pour le 9) et d'autres moins convaincants d'Iban Coello (pour le 8).

Scénario : 16/20
Dialogues :16/20
Dessins, encrage, couleur : 15/20
Note finale : 16/20

The Punisher 4 et 5 (numérotation Legacy 232 et 233)

Genre : Pupu traque Zemo

Pupu est prisonnier d'un commissariat pris en otage par son plus ancien ennemi et un imposteur de haut niveau. Tout semble perdu si on ne mentionne pas sa chance et son savoir-faire habituel. Une fois évadé, il repart à la recherche du maître actuel de l'Hydra, le baron Zemo, mais c'est sans compter un vassal du mandarin qui a récupéré certains anneaux de son maître...

Deux numéros menés tambour battant et disposant de superbes dessins parfois durs à lire de Kudranski. Le cliffhanger final vend du rêve.

Scénario : 15/20
Dialogues :16/20
Dessins, encrage, couleur : 15/20
Note finale : 16/20


Catégorie « Bon »

Spider-geddon 4 et 5

Genre : Le final

Les Spider-men, divisés, doivent unir leurs forces face à la résurrection du père des héritiers, le très puissant Solus. Les équipes menées par Miles Morales et Octopus mettent leur différents moraux de côté mais les deux Spider-men les plus amoraux les trahissent et décident de faire cavalier seul.
Le seul espoir semble résider dans un plan audacieux d'Octopus et dans la force enigma, jadis utilisée par Peter Parker.

Un final très classique qui vaut surtout par ses dialogues et ses échanges entre personnages, Spider-men en tête. Les dessins superbes aident à faire passer un scénario un poil trop simple mais qui a eu le mérite d'écarter pour la première fois depuis longtemps Peter Parker d'un titre Spider-man!
Octopus est le personnage qui demeure le plus convaincant de l'histoire et mérite bien la lecture de son titre.

Scénario : 14/20
Dialogues :15/20
Dessins, encrage, couleur : 16/20
Note finale : 14/20

Cosmic Ghost rider 5

Genre : Fin de la mini-série

Dernier numéro de cette très bonne surprise, Cosmic Ghost rider boucle la boucle de façon efficace mais un peu décevante quand on la compare aux sommets atteints dans les numéros précédents. Une mini au final intéressante mais un peu décevante à mon goût sur sa toute fin malgré des dessins superbes.


Scénario : 13/20
Dialogues :14/20
Dessins, encrage, couleur : 16/20
Note finale : 14/20


Spider-force 2 et 3

Genre : fin facile

La team "Black ops" de Spider Ock affronte l'héritière Vera sur Terre 3145, dévastée par la radiactivité. Ils vont faire la rencontre de l'étonnant Spider-man de ce monde ravagé et tout faire pour ramener le seul objet capable de vaincre Solus, le père des héritiers, sur la Terre 616 (notez comme la numérotation "Terre 1" issue du crossover Secret wars a été vite oubliée!).

Après deux numéros très convaincants, le 3 réduit leurs efforts à néant et c'est bien dommage. On reste sur une impression de mini-série plan plan au final malgré un excellent démarrage.

Scénario : 13/20
Dialogues :15/20
Dessins, encrage, couleur : 15/20
Note finale : 14/20

Spider girls 2 et 3

Genre : Cat's eye

Les spider-girls affrontent les jumeaux Bora et Brix des héritiers sur la Terre de l'une d'elle, Annie-May Parker sur la Terre de celle-ci, sur laquelle elle combat le crime en collants et en famille.

Ces deux derniers numéros agréables permettent d'explorer un peu plus avant la Terre 18119 et de donner un rôle de premier plan à Annie-May dont on sent que Marvel veut faire quelque chose au moins pour quelques mois.
Le titre est intéressant mais je m'attendais à un peu plus de fantaisie. ça reste plan-plan et décevant par rapport au premier numéro.

Scénario : 14/20
Dialogues :14/20
Dessins, encrage, couleur : 15/20
Note finale : 14/20

Vault of spiders 2

Genre : Araignées parallèles

Karn est toujours à la recherche d'alliés dans sa lutte contre les héritiers. Il découvre comme nous 3 spider-men plus ou moins réussis, à commencer par l'étrange Spider-man dans une histoire bizarre écrite par un Bunn moyennement inspiré et un Bagley efficace.Spider-man meurt mais des araignées dotées de conscience prennent sa place malgré leur absence de morale. Une histoire intéressante mais qui aurait mérité plus de pages.
On passe ensuite à Spider Ma'am, déjà connue des anciens grâce au vieux What if dans lequel elle est apparue. Dans un monde où l'oncle Ben a survécu, tante May a été mordue par l'araignée à la place de Peter. Celui-ci, toujours au lycée, l'épaule dans sa lutte contre le crime avec l'aide de Ben. May est de loin la plus gentille et la plus polie des avatars de Spider-man!
Ryan North livre un scénario honnête sur des dessins réussis de David A. Williams.

La dernière histoire est la moins intéressante des trois et son Spider-man est le seul à ne pas apparaitre dans les pages du crossover. Dans ce scénario de Geoffrey Thorne, c'est George Stacy, père de Gwen et policier qui est devenu Spider-man à la place de Peter. Il aide la police grâce à ses dons et son identité est reconnue par elle et par le gouvernement.

Au final, un numéro moins intéressant que le premier et un peu frustrant.

Scénario : 14/20
Dialogues :14/20
Dessins, encrage, couleur : 15/20
Note finale : 14/20

Fantastic four wedding special 1

Genre : Préparations de mariage

Ce one shot special paru avant le numéro 650 (celui du mariage) est un bonus agréable au titre principal. Il raconte trois histoires : La première est celle de l'enterrement de vie de jeune fille d'Alicia Masters en compagnie de ses amies issues des rangs des FF. Ecrite par Gail Simone et dessinée par Laura Braga, elle les emmène dans une boîte de chippendales déguisés en super-héros qui va être interrompue par une rixe entre l'homme taupe et sa fiancée Kala qui sont en pleine dispute amoureuse. C'est bien mené, agréable à lire bien que ça n'apporte pas grand chose au sublime numéro du mariage mais c'est un bon complément car l'enterrement de vie de jeune fille d'Alicia y était évoqué sur une seule page. Cela permet aussi de voir le lien très spécial qu'ont tissé les FF avec le premier ennemi de leur carrière.

La seconde histoire est écrite par Dan Slott et dessinée par Mark Buckingham. On y voit la chose partir demander l'accord de son futur beau-père, qui n'est nul autre qu'un ennemi mineur des FF, le puppet master!
Elle permet de bien comprendre l'état d'esprit de Ben, qui aime faire les choses dans les règles, y compris quand cela concerne un être aussi odieux que l'ancien tuteur d'Alicia, qui lui a permis malgré lui de faire sa rencontre. La conclusion est surprenante et permet de découvrir une autre facette de la mariée.

La troisième et dernière histoire est écrite et dessinée par l'artiste comique maison de Marvel Fred Hembeck. Connu pour son style simple et cartoonny et sa plume aussi acerbe qu'observatrice, il nous présente le point e vue du Puppet master sur le mariage de sa pupille. C'est typique de l'auteur de Fantastic four roast, réussi et bien vu.

Au final, un numéro intéressant et un bon complément au numéro 650 des FF bien qu'on puisse s'en passer sans problème.

Scénario : 14/20
Dialogues :15/20
Dessins, encrage, couleur : 14/20
Note finale : 14/20


Marvel two in one 12 (Numérotation Legacy 112)

Genre : Dernier numéro!

Ce dernier numéro de cette mouture discutable de MTO est consacré aux retrouvailles de Sue et Johnny, frère et sœur longtemps perdus de vue. A l'initiative de Sue, ils partent faire du shopping et tombent sur l'homme taupe qui est prêt à tout pour reconquérir son contrôle perdu de l'île aux monstres (depuis le numéro 3 du titre). Cela permet aussi de régler le cas de la scientifique qui a aidé puis trahi Ben et Johnny dans leur recherche des Richards.

Zdarsky boucle son run de manière très honnête, permettant de retrouver l'esprit des FF enfin au complet et de mettre un terme au désarroi de Johnny grâce à l'aide de sa soeur. Ramon K. Perez livre des planches plus réussies que d'habitude. Tant mieux, car il était temps que ce titre s'arrête tant il pâlit de la comparaison avec le retour des FF.

Scénario : 14/20
Dialogues :15/20
Dessins, encrage, couleur : 14/20
Note finale : 14/20

Doctor Strange 8 et 9 (Numérotation Legacy 398 et 399)

Genre : Fin des déboires de Strange contre son double et lutte contre la gentrification


Dans le numéro 8, on conclut les déboires de Stephen face à son double aidé par son ennemi juré le baron Mordo. L'histoire est toujours aussi réussie mais un peu desservie par les dessinateurs qui s'en tirent bien mais pâlissent de la comparaison avec Jesus Saiz, qui revient enfin au numéro 9. Celui-ci est d'ailleurs assez original car il oppose Strange à des promoteurs immobiliers sans scrupules bien décidés à racheter la majeure partie du "village y compris sa célèbre demeure. On reparle du fait que Stephen avait vendu celle-ci durant le crossover Secret empire? ça a l'air oublié. Ce numéro est en tout cas plus enthousiasmant que les précédents et permet de rêver à un numéro 400 digne de ce nom.

Scénario : 14/20
Dialogues :14/20
Dessins, encrage, couleur : 15/20
Note finale : 14/20


Captain America 5 et 6 (Numérotation Legacy 709 et 710)

Genre : Très lent

Cap est toujours aux prises avec les manigances de la fiancée de Lukin et ses alliés Selene et le Taskmaster entre autres. Elle a un plan pour prendre sa revanche sur les USA et l'explique à un trouble personnage dont on taira le nom.

Ce run est toujours aussi ambitieux qu'il est lent. On dirait toujours un mélange intéressant des runs de Spencer et Brubacker mais les dessins pas super finis et très figés d'un Leinil Francis Yu en petite forme ne permettent pas de sauver le scénariste Ta-Nehisi Coates de ses tics qui semblent issus de sa carrière de romancier. Sa narration est beaucoup trop lente pour passionner et son histoire peine un peu à se démarquer de ses illustres modèles même si le titre reste agréable à lire.

Scénario : 14/20
Dialogues :14/20
Dessins, encrage, couleur : 15/20
Note finale : 14/20
Réponse avec citation