Afficher un message
  #397  
Vieux 30/12/2014, 19h21
Avatar de Jorus C'Baoth
Jorus C'Baoth Jorus C'Baoth est déconnecté
Jedi du coté obsc... DOH!
 
Date d'inscription: août 2003
Localisation: On a Highway to Hell....
Messages: 8 568
Jorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur Thanagar
Dernière critique de la vault en 2014, émouvant non? non? bon ok...

Dead boy detectives #7 - 11 Ghost Snow par Toby Litt & Mark Buckingham

. . . . . .
. . Dead Boy Detectives #7 . .. . . . . Dead Boy Detectives #11

Plot : Les 2 compères retrouvent la belle soeur de l'un d'eux, enquêtent sur la mort de leur mère et partent même dans le Pays après la mort pour chercher l'amie de Crystal.. quelle journée les enfants!

Aprés un premier arc bien trop riche mais intriguant et un petit dual shots fort sympatique, on entre hélas dans le lourd avec la suite des aventures des détectives fantômes.
Hélas car cet arc est l'anti thèse du tout meugnon Halfway house précédent que la densité, la lourdeur (narrative et visuelle) et les innombrables écueils plombent sans espoir de rédemption. D'ailleurs, un récap de la série en quelques petites pages a lieu au #9 alors qu'il n'y avait pas tant d'informations que cela auparavant, un signe que c'est plus l'assimilation qui pose problème. On y trouve ainsi les mauvais côté du premier arc mais fois 10, trop de personnages et une utilisation ultra lourde des dialogues et des noms en off des perso, trop nombreux, qui fait que très vite, on ne sait plus trop qui a fait quoi. Revenir en arrière n'est jamais très bon dans la lecture d'un comics et ceux-ci rends l'exercice indispensable pour «*être sûr d'avoir tout compris*». Car au délà de la densité de dialogues et de personnages, un bon paquet de ce qui semble être d'énormes incohérences viennent achever l'intérêt de la lecture.
Des personnages apparaissent comme si tout le monde les connaissaient depuis 10 numéros, les ficelles scénaristiques sont trop faciles et évidentes, les noms ou certaines informations semblent même changer d'un épisode à l'autre (!?) ce qui apporte un climat de brouillon total qui rends l'accroche quasi-impossible.
Pire, l'ambiance tout vertigoesque que se doit d'avoir le comics (et qui était encore une fois magique dans l'arc précédent) semble ici aussi complètement source de chaos. Impossible de comprendre les pouvoirs de ces fantômes, qui peut les voir, qui ne les voit pas et ce qu'ils peuvent faire, ce qui fait foirer les scènes en lien avec notre réalité, avec le monde solide des vivants. Il n'y a donc plus ce fun, cet aspect fantastique et grisant de la «*vie après la mort*» parmi nous et la série perds ainsi un pivot important et une source d'intérêt indéniable.
Et on continue et pas en bien*: c'est un véritable ascenseur émotionnel durant tout l'arc. Les auteurs insistent parfois lourdement sur une révélation, un événement, mais passe outre un autre similaire quelques pages plus loin.
Bref, un tel constat est quand même assez étonnant au vue des quelques qualités des 2 premiers arcs mais pour le coup la sensation qui domine est vraiment une écriture à 4 mains, voire à 6 avec l'éditeur, et quasiment aucune ligne directrice commune au comics en terme d'histoire, d'ambiance ou d'émotion. Chacun semble y aller de son histoire ce qui apporte un déséquilibre dans la lecture parfaitement épouvantable.
Buckingham au dessin, c'est toujours bien (même si physiquement pas facile de savoir qui est qui parfois) mais là aussi, son style volontairement ultra découpé qui alterne avec des exercices de style apporte une lourdeur à la lecture qui frôle l’écœurement plusieurs fois.
La série râte simplement son objectif avec ce arc, on est loin le fun d'avoir deux petits fantômes qui enquêtent gentimment aux frontières de notre monde, ça ressemble plus à une belle balle dans le pied au shotgun*! Dommage*! Même si il est difficile de marcher dans les pas des grands parents de cette famille de comics, Sandman, Dreaming, House of Mystery et consort, cela faisait toujours plaisir d'avoir sa petite dose mais visiblement, la série ne survivra pas au #12.
__________________
Bad to ze Bone!

Ne cliquez pas, c'est une pub!
Réponse avec citation