Afficher un message
  #395  
Vieux 18/12/2014, 13h16
Avatar de Jorus C'Baoth
Jorus C'Baoth Jorus C'Baoth est déconnecté
Jedi du coté obsc... DOH!
 
Date d'inscription: août 2003
Localisation: On a Highway to Hell....
Messages: 8 568
Jorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur Thanagar
Gilles!!! arrête j'ai trop de trucs à critiquer!

Federal Bureau of Physics #8 - 13 Wish you were here par Olivier Simon & Robbi Rodriguez



Plot : L'équipe, réduite et sans moyens, se retrouve en Alaska pour démanteler un labo. Mais avant, ils vont tester une machine à créer les réalités.


2ème volume de l'intriguante série de Simon Oliver (autre source de désaccord entre sieur Arrowsmith et moi-même aprés Deadwardians mais bon ça empéche pas la bière de bienvenue à Ramonpedro hein) qui aprés un premier tome assez prometteur et qui lorgnait vers du Fringe en plein se rapproche cette fois-ci de la fameuse trilogie des frère/soeur Wachowski with Keanu inside. D'entrée, l'auteur enchaine bien avec son fil rouge précédent, le FBP à court de moyens financier vivote misérablement pendant que les surpuissantes entreprises privées fleurissent, et cette ambiance de pauvre organisation sur la fin est plutôt savoureuse et apporte une réelle empathie pour les quelques derniers «*survivants*» qui continuent leur taff sans vraiment savoir de quoi demain sera fait.
On se retrouve donc à Nankeet, Alasaka, où depuis des années la ville est connue pour ses passages de téléportation spatio temporels répandus dans quasiment toute la ville, notamment le fameux canyon aux amoureux (tu lances une balle avec le nom de l'être aimé, si elle revient, tu vas l'épouser, sinon, ben fait le quand même tu verras bien). Là aussi, ambiance fin d'une ère pour une ville sur le déclin alors que les phénomènes para-physiques sont devenus monnaie courante, petite ville qui tente de subsister aprés la perte de sa seule attraction valable (parce que l'Alaska... à part Sara Palin..voilà quoi). Le cadre est plutôt riche et encore une fois très empathique, d'autant que ces couloirs spatio temporels sont souvent utilisés dans le récit pour apporter un plus indéniable, soit du fun, soit du what the fuck, soit une révélation, mais constitue l'essence du génie potentiel de FBP*: deux experts enquétant sur des phénomènes physiques barrés mais franchement cools*!!!
Mais, y a pas que cela, c'est donc vers Matrix que la partie principale du récit nous entraîne, de part un appareil à réalité qui nous fait perdre pied entre la réalité vrai, et les autres réalités, voir même les réalités parallèles... Exercice difficile et il est d'autant plus difficile d'en faire une critique... vu que je suis pas sûr d'avoir tout suivi
Pourtant, j'ai été attentif, j'ai relu, rerelu mais j'avoue qu'une paire de pages incompréhensibles pour moi, des dialogues un poil trop théorique ou flou, ainsi que des allégories écrites relatant faits historiques ou citations hors contexte qui amène une ambiance assez... obscure et dense. Exercice difficile donc car si trop de clarté et de compréhension facile, l'effet est raté, l'ambiance s'écroule et le récit tombe à l'eau. Ici, on comprends globalement ce qu'il se passe mais les réflexions métaphysiques sont un peu touffues pour apporter du corps à l'histoire.
Autant le premier volume posait déjà un récit pas à la portée de tous, autant celui-ci confirme la règle, à réserver aux amateurs desdits Fringe, Ghost in the Shell, Matrix, Avalon, Inception et autres triturages de cerveaux.
Cela dit, ça reste néanmoinsune bonne idée que de nous prendre le chou, nous faire réfléchir sur ce qu'est la réalité, somme de nos sensations ou quelque chose de plus, si d'autres existent, si nous y existons, comment... car aprés tout, le premier volume était riche en informations sur l'existence et la variété de ces phénomènes para-physiques, ce qui alimentent forcément quelque part tout ce genre de réflexion de fond, ultra-théorique comme des psychopathes de scientifiques à la Steve Hawkins pourraient avoir, maso qu'ils sont. Du coup, Oliver apporte assez discrètement mais efficacement beaucoup de matière à sa série, ne la laissant pas être uniquement un truc funny avec des machins visuels coolos, mais quelque chose de plus important que cela, on y parle quand même réalité parallèle accessible, c'est quand même du lourd.
C'est donc dans l'ensemble peut être imparfait dans l'écriture, mais encore une fois l'empathie qu'on peut avoir pour les personnages qui se dévoilent petit à petit (dont un changement de sexe tellement wtf qu'on peut se demander si ce n'est pas là l'hommage aux Wachowski), ainsi que cet univers assez barré et cool apporte un potentiel sympathie au comics qui finalement va me faire acheter le 3*!
Robbi Rodriguez aux crayons est moins touffu et dense que sur All-New Ghost Rider et c'est tant mieux car cela aurait désservi le récit. Son trait manque parfois de précision, de puissance mais il a indéniablement un style à part qui permets à F.B.P. De de develloper son identité.
__________________
Bad to ze Bone!

Ne cliquez pas, c'est une pub!
Réponse avec citation