Afficher un message
  #382  
Vieux 20/04/2014, 22h33
Avatar de Jorus C'Baoth
Jorus C'Baoth Jorus C'Baoth est déconnecté
Jedi du coté obsc... DOH!
 
Date d'inscription: août 2003
Localisation: On a Highway to Hell....
Messages: 8 568
Jorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur Thanagar
Presque pas trop à la bourre

Dead Boy Detectives #1 - 4 Schoolboy terrors par Toby Litt & Mark Buckingham


. . . . . .
. . Dead Boy Detectives #1 . .. . . . . Dead Boy Detectives #4

Plot : Maladroitement, les deux petits fantômes détectives se révèlent à la jeune Crystal Palace qui part sur leur piste, ce qui la mène à l'école où Edwin et Charles ont trouvé la mort.

Vertigo renoue avec les classiques! Dans une situation délicate avec un Image Comics qui truste les projets les plus excitants, et après le départ de la légendaire Karen Berger, la firme adulte de DC mise en partie sur leur catalogue connu pour rebondir. Après le retour du Sandman de Gaiman, voici donc les Dead Boy Detectives issus d'ailleurs du comics précédent.
Donc, les petits enquêteurs fantôme Edwin Paine l'émotionnel et Charles Rowland le pragmatique se remettent en selle dans une aventure à 4 numéros plutôt riche et dense il faut le reconnaître. Aux commandes, Buckingham lui même qui assure les dessins mais aussi le scénario, aidé de Toby Litt, inconnu au bataillon en ce qui me concerne. Plot hautement surnaturel avec des gamins fantômes tournant autour d'une jeune punk héritière d'un couple de tarés mondains connus dans le monde entier pour un début plutôt maladroit il faut avouer car on commence direct avec une petite facilité scénaristique «*forçant*» les jeunes ectoplasmes à quasiment se révéler à la jeune punk nommée avec classe Crystal Palace...
Bon ceci fait, le récit prends vite de l'ampleur et surtout de la densité ce qui est une excellente surprise. En effet, le plot aurait pu donner une sensation pour le moins minimaliste, à la limite du désintérêt total pour ces 2 gamins aux pouvoirs limités et leur univers plutôt pauvre dans un premier temps. Mais petit à petit, à la manière d'un Fables d'ailleurs, les auteurs distillent çà et là de la référence, des pistes, des sub plots... on a ainsi un retour à l'école de tous les malheurs pour les fantômes, plutôt bien trouvé, puis le mystérieux monde enneigé à la lisière de la mort, le complot au sein de ladite école, des révélations sur la vie passée des deux enquêteurs, du perso secondaires intrigants... la recette est certes vu et revu mais le cadre particulier du comics, particulièrement inhabituel il faut dire, refait fonctionner le tout. On frôle néanmoins l'overdose au cours de segments avec une info importante par case, sur les personnages, l'histoire principale et même le «*après*». L'histoire principale d'ailleurs, corps du récit qui lui fait prendre une autre dimension avec une menace du passage de démons sur notre plan d'existence, du sérieux et du mortellement dangereux qui apporte un peu de piment à l'ensemble, que la presque trop grande richesse laisse trop peu de places pour l'émotion. Finalement, c'est cette densité qui emporte le bout, attisant la curiosité et on se prends à la fin du numéro 2 à vouloir lire la suite, même si la passion n'est pas au rendez vous. il faut avouer encore une fois que je n'aurais pas parier là dessus avec les previews.
L'accroche fonctionne donc, en à peine 4 numéros, les auteurs montent leur univers, égrainent déjà leurs fils rouges et se projettent en avant dés la dernière page pour ce qui ressemble à une maousse introduction au monde d'Edwin, de Charles et de Crystal. Pari réussi mais il va falloir faire mieux pour la suite, surprendre avant tout, bousculer un peu ce titre qui dans son ensemble ressemble vraiment à un Vertigo, rejoignant la masse des productions du label dans le genre, acceptable sans se hisser au fameux niveau du dessus où trône les Transmet, Preacher, Swamp Thing... Cela dit, les auteurs m'ont surpris j'avoue avec ce petit arc, on va donc leur donner leur chance... d'autant que Buckhingham reste Buckhingham aux dessins, très agréable à l’œil même si la prise de risque visuelle est minimale il faut dire.

Edit : Hey en comptant au pif complet, je viens de m'apercevoir qu'il s'agit de ma 150ème critique publiée dans la vault
__________________
Bad to ze Bone!

Ne cliquez pas, c'est une pub!
Réponse avec citation