Afficher un message
  #378  
Vieux 24/03/2014, 11h51
Avatar de Jorus C'Baoth
Jorus C'Baoth Jorus C'Baoth est déconnecté
Jedi du coté obsc... DOH!
 
Date d'inscription: août 2003
Localisation: On a Highway to Hell....
Messages: 8 568
Jorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur Thanagar
Bon, rien à voir avec le comics précédent ^^

Federal Bureau of Physics #1 - 7 par Olivier Simon & Robbi Rodriguez



Plot : Le Monde part doucement en sucette!! De plus en plus des évènements extrêmes et impossible se multiplient, se moquant des grandes lois de la physique que tous prenaient pour acquises. Adam Hardy, jeune homme dans l'ombre de son père, fait parti du FBP et intervient sur ces phénomènes, l'ombre de la privatisation plane sur le bureau, et qui dit argent, dit hommes peu scrupuleux et sans foi ni loi, prêt à tout pour acquérir richesse et gloire.


Nouvelle série Vertigo par un inconnu en ce qui me concerne Simon Oliver et un pitch plutôt intriguant, une équipe de spécialistes d'évènements paraphysique. Terrain intriguant mais plutôt connus finalement, les experts, le BPRD voir la série Fringe. C'est du coté de cette dernière qu'il faut aller pour saisir, dans les mega grandes lignes, le ton de FBP. Allergiques aux termes du genre tornade quantique, trou de vers, univers parallèle, bubble-verse, fuyez*!! Sinon, FBP est votre came.
Cela dit, rien de trop vomitif, rien de trop incompréhensible non plus, les «*évènements*» restent à la portée de lecteurs un peu assidus de comics en tout genre et geek dans l'âme. Ouf, mais l'auteur nage entre plusieurs eaux et veut jouer sur plusieurs tableaux, d'un coté donc cet aspect surnaturel mais aussi la vie du héros entre une nouvelle copine et un père disparu et le F.B.P. lui même. Ça commence vraiment en demi teinte, la carte classique de l'évènement lambda pour présenter l'univers et les protagonistes, plutôt maladroit et déjà vu et il faut faire un chtit effort pour passer à la suite. Puis Oliver enrichie son univers petit à petit d'une intrigue secondaire, un fil rouge mystérieux sur les agissements d'une corporation peu honnête, de nouveaux cas exceptionnels jusqu’à celui qui fait basculer le comics vers un tout autre statu quo à moitié de volume.
Ouf encore car il faut reconnaître que jusqu'à présent, cela manquait terriblement de densité et de matière. L'auteur effleure ainsi pas mal de choses sans rentrer plus en profondeur, sans arriver à attiser pleinement la curiosité que dois dégager son plot*: pourquoi ces évènements, qu'est ce que le FBP exactement, qu'est ce que ce projet de loi d'arrêt des subventions (on sent bien l'objectif du truc, mais une planche ou deux au sénat US pour faire monter la pression aurait été intéressante),.. Oliver la joue petit bras un peu et hélas reste au niveau d'un sous BPRD, ou un d'un épisode de Fringe léger... jusqu'au changement de Statut quo, particulièrement génial car complètement inattendu*! Était ce le but d'Oliver, nous leurrer par du classicisme avant de changer la donne*? Bref c'est plutôt réussi, on introduit un nouveau personnage bien plus charismatique que les précédents pour une nouvelle affaire là aussi plus profonde que le simple «*bah y a un truc bizarre qui se passe*». Du coup, curiosité enfin attisée, quid de la suite*? Encore des trucs dans la manche*? Ben va falloir attendre le TPB 2 pour savoir, à la fois craintif de voir le plot s'enliser dans du peu génial, mais attentif à d'autres bonnes nouvelles.
Coté dessins, Robbi Rodriguez, vu un peu chez Marvel pour du fill in vers Fear Itself, sérieux sans être génial, plutôt épuré mais intéressant et loin d'être ennuyeux à lire. Peut être trop lourd sur les onomatopées et pas génial j'avoue que les évènements paraphysiques qui aurait mérité sans doute plus de travail pour les faire ressortir, souvent de simples traits ou des formes floues. Bref, comme le scenar, du potentiel qui demande encore un peu de boulot.
__________________
Bad to ze Bone!

Ne cliquez pas, c'est une pub!
Réponse avec citation