Afficher un message
  #362  
Vieux 01/11/2013, 13h19
Avatar de Jorus C'Baoth
Jorus C'Baoth Jorus C'Baoth est déconnecté
Jedi du coté obsc... DOH!
 
Date d'inscription: août 2003
Localisation: On a Highway to Hell....
Messages: 8 568
Jorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur Thanagar
Allez hop fin d'une série....


Northlander #42 - 50 parus dans le TPB The Icelandic Trilogy par Brain Wood, Paul Azateca, Declan Shalvey & Daniel Zezelj




Plot : L'histoire des Hauksson, de leur arrivée les premiers colons en Islande, à 11 générations plus tard, en passant par leur guerre avec les rivaux Belgarssons, l'arrivée de Chrétiens, les alliances et trahisons, avec Val, le premier, Ulf, son fils qui lancera la famille sur la guerre et la gloire, Brida et Mar de la 5ème génération qui firent prospérer la famille alors que la religion arrive, jusqu'à Oskar dont les réves et l'arrogance poussa les Haukssons à des erreurs qui les firent presque anéantir...

Le voilà, le dernier TPB de la série de Wood sur les norsemens, présenté à plusieurs reprises comme l'un des meilleurs. Déjà, il faut saluer le projet assez grandiose, suivre une famille sur plus de 400 ans, des premiers membres de la lignée jusqu'au dernier.. à priori.
Clairement le pitch verse dans l'épique avant même d'ouvrir le volume d'autant plus que cela tranche avec le reste du comics, plutôt orientés histoires courtes et localisés. Ici donc on embrasse des siècles d'histoire dans le Nord, de l'arrivée de Val Hauker en islande avec rien que sa femme et son fils Ulf, premier Hauksson de la lignée, puis Brida et Mar 5 générations plus tard qui firent prospérer leur nom, jusqu'à Oskar, déchu, cherchant la gloire passée de sa famille, la menant au désastre dans sa folie. Humainement parlant, c'est très puissant.

Le récit commence avec Val donc, vieil homme courageux qui décide de lancer sa famille vers une nouvelle vie, puis son fils Ulf qui grandira dans la violence et la haine pour devenir un chien fou avide de pouvoir et de sang avec des relations compliquées face à son père. Puis Brida, femme chef de clan forte et droite qui doit faire face à la montée du christianisme avec toujours les Berlgarssons en fond, famille rivale des Hauksons qui va les suivre tout au long du comics. L'histoire se termine enfin par Oskar Hauksson, coincé entre son père passif et litteraire qui passe son temps à poser par écrit la légende de leur lignée, et sa soif de pouvoir qu'il clame être écrite dans son sang. Chaque personnage, même secondaire, apporte beaucoup, est très travaillé et construit sans être cliché, apportant une profondeur, et donc un intérêt, au récit qui n'a pas de prix et sans doute LE point fort de l'arc.
La lignée est donc le thème central de l'histoire crée dans le sang par Ulf et dont le credo et la philosophie passent de génération en génération, jusqu'à en devenir totalement obsessionnel pour les derniers protagonistes, hurlant lors des dernières batailles «*Nous sommes des Haukssons et c'est ce que nous faisons*». Un bloc identitaire donc autour duquel Wood campe plusieurs personnages, des débuts à la fin en passant par l'âge d'or.
Emotionnellement, c'est donc particulièrement fort, le lecteur n'a pas le temps de respirer, passant du meurtre d'une mère, à une attaque dans le feu d'un village jusqu'à un massacre ignoble, l'histoire des Hauksson s'est écrit dans l'acier et le sang, le leur ou ceux de leurs ennemis. En ce sens, le mode de vie, les coutumes, semblent respecter par Wood (ou encore une fois c'est l'image que nous nous en faisons), donnant comme cadre à son histoire la violence de l'époque, l'obsession du nom de famille, la manière de traités les vaincus et leurs femmes, l'arrivée du catholicisme... cadre certes connu après 6 volumes mais qui fonctionne encore parfaitement grâce au type du récit, sur plusieurs générations. Un bon coup de maître pour renouveller l'intérêt d'une série qui aurait pu s'embourber dans le déjà vu.

Il reste une paire de regrets néanmoins, sur 11 générations, nous n'en voyons que 4 là où le récit aurait pu être encore plus fort avec un brossage plus complet de la lignée. Non pas un numéro par génération mais ne serait ce que des flashbacks, des scènes, des histoires, des légendes sur les autres membres du clan... personnellement ce déséquilibre entre des générations très approfondies et des «*trous*» complets m'a assez déstabilisé dans la lecture, gâchant une partie du plaisir de lire une histoire qui se voulait complète.
Enfin, une intégration plus importante dans l'histoire de l'Islande aurait apporter une base historique intéressante pour ancrer le récit. Après 2 minutes de recherches sur wiki, l'état libre islandais a été établi en 930 par le plus vieux parlement au monde, 1262, l'île passe sous la domination de la Norvège, puis du Danemark en 1380... Certes l'histoire va uniquement de 871 à 1260 mais il y avait peut être matière à raconter.

Au final, il reste un excellent volume pour clôturer cette série, à temps selon moi avant de se plagier elle même. Certes Wood nous a surpris plus d'une fois mais autant arréter avant de trop en faire, surtout aprés un volume aussi épique et puissant.
__________________
Bad to ze Bone!

Ne cliquez pas, c'est une pub!
Réponse avec citation