Afficher un message
  #341  
Vieux 22/06/2012, 14h10
Avatar de Jorus C'Baoth
Jorus C'Baoth Jorus C'Baoth est déconnecté
Jedi du coté obsc... DOH!
 
Date d'inscription: août 2003
Localisation: On a Highway to Hell....
Messages: 8 568
Jorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur Thanagar
Re la rez

Scalped #43 - 49 parus dans le TPB You gotta sin to get saved par Jason Aaron, R.M. Guéra, Davide Furno & Jason Latour



Plot : Les choses s'accélèrent, Red Crow propose un poste à ses cotés à Dashiell alors que Catcher sort de l'ombre pour s'en prendre à ce dernier. Pendant ce temps, Nitz reviens dans les bonnes grâces du FBI et compte frapper durement Red Crow.

Déjà 8 volumes dans cette série, Aaron est presque à 50# sans aucun coup de mou, est ce pour ce volume? et ben non! Ce dernier livre ENCORE une lecture
aussi passionnante que prenante dans cette réserve indienne qui fait un pas de plus vers l'enfer. Les recettes du bon père Aaron sont, comme les volumes
précédents, à peu de choses près les mêmes, une alternance des sujets, de nouveaux personnages, un mix de psychologie et d'action et paf, ça remarche.
Si la recette est donc entendue, il n'en reste pas moins qu'elle est menée à bien avec brio. Ainsi, là où donc on pouvait se lasser de voir ces pauvres
personnages se demenaient comme des diables, on commence avec un one shot sur un nouveau perso, pas le plus génial, pas le plus charismatique, un gros
sherif américain qui se raconte une vie qu'il n'a pas vécu, mais cela fait un petit break. Il ne manque plus qu'à voir si ce nouveau perso aura un rôle
où, comme le vieux couple du volume d'avant, il s'agissait juste d'une disgression, disgression qui permet, si besoin il était, de continuer à construire
un monde riche, crédible et interessant.
Ensuite, retour sur un perso secondaire mais bien présent, Nitz, l'agent du F.B.I. Le volume se finit sur le plot principal avec les perso habituels. Dit
comme cela, ça semble ultra mécanique, bien loin de l'idée de "vie" avec tout ce que cela implique et qui pourtant est la marque de fabrique de Scalped.
C'est parce que tout simplement Aaron parvient à mixer ces histoires parfaitement entre elle, ce volume et le précédent en sont des exemples parfaits.
Ainsi, lorsque l'on parle du gros sherif, de Nitz, de la grossesse de Gina... le reste de l'histoire continue d'avancer, on y avoit des références, des
liens, ce qui donne un tout cohérent. Aaron fait donc doucement avancer tout ce petit monde en même temps, dans un équilibre et avec un contrôle exceptionnel.

Mais quid du contenu? et bien rien de surprenant, du Scalped, mais là aussi c'est ultra bien amené, bien construit, parfaitement crédible et ça marche
du tonnerre. Sous nos yeux continuent donc de se dérouler la vie des pauvres protagonistes de l'histoire, souffrant, espérant, tentant désespérément de se
sortir de leur misére. Mention spéciale encore à Red Crow, le leader de la réserve, toujours tourmenté entre son devoir d'indien et le chemin qu'il a choisit,
un véritable rocher au centre de ce monde mais qui repose sur des bases instables et qui menacent à tout moment de s'effondrer, entrainant toute la réserve avec lui. Le plot principal avance quelque peu quand même vers le climax de la série, soit donc la chute de Red Crow, soit les choix de Bad Horse, les
révélations sur la mort de sa mère...

Quelques points négatifs quand même : malgré un contenu très satisfaisant, la série connaît depuis 2 volumes un rythme plus lent, moins percutant, multipliant
donc les tranches de vies. Ceci fait sensiblement diminuer la tension, la sensation d'une apocalypse imminente, sentiment fort et puissant qui baignait
la lecture il y a quelques volumes. On sait la fin de la série pas si éloigné que cela, il serait appréciable je pense de mettre un coup d'accélérateur et
de plonger la réserve dans le chaos qui doit forcément venir vu le ton de la série depuis le début, un happy ending parfait serait un scandale ^^

Un chtit mot sur les dessineux, rapide car comme d'hab ils assurent un taff parfait pour montrer la violence et la misère de la rez, Davide Furno, Jason
LaTour et R.M. Guera aux traits se ressemblant. Ce dernier peut être abuse parfois de l'encrage et de la couleur noire, rendant des cases inutilement
sombres... m'enfin bon...
__________________
Bad to ze Bone!

Ne cliquez pas, c'est une pub!
Réponse avec citation