Afficher un message
  #338  
Vieux 09/06/2012, 17h29
Avatar de Jorus C'Baoth
Jorus C'Baoth Jorus C'Baoth est déconnecté
Jedi du coté obsc... DOH!
 
Date d'inscription: août 2003
Localisation: On a Highway to Hell....
Messages: 8 568
Jorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur Thanagar
Fin de série... enfin pour moi!

I, Zombie #19 - 23 Repossessed par Chris Roberson, Mike Allred & J. Bones

. . . . . . . . . . . .
. . . . I, Zombie #19 . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . I, Zombie #23

Plot : Galatea tente à nouveau d'invoquer Xitalu dans notre monde mais une alliance improvisée des monstres et chasseurs lui barrent la route.

Dernier arc de I, Zombie en ce qui me concerne, la série ayant fini de me lasser après une vingtaine de numéros. Car inlassablement, ce sont les mêmes commentaires qui reviennent et non, ce n'est pas parce que j'ai la flemme de critiquer ^^
Car oui, c'est encore poussif et le style de bouge pas d'un poil, je me repète donc, un soap opera ennuyeux au final autour d'une galerie de monstre et en fond, une apocalypse. 'Tain, pourtant dit comme ça, y a du potentiel*! Mais une vingtaine de numéros plus tard et j'ai l'impression de lire toujours la même chose, le microcosme des perso est trop petit et l'histoire rame trop... chez les X-Men, Galatea et son Dieu de l'Apocalypse aurait été flingué en 5#.
Donc je stoppe là ma lecture, déçu car l'idée de base est fort sympathique mais Roberson n'est pas arrivé à rendre ses personnages, charismatiques à une ou deux exceptions prêts. De plus, c'est très mécanique, tel perso, 3 pages, puis tel perso, 3 pages, puis on fait avancer le plot et dans chaque # il y a 25% d'action, 25% de dialogues, 25% de sentiments, 25% qui fait avancer le fil rouge...très chiant au final. A vouloir y mettre autant de personnages qui se croisent plus ou moins, Roberson a voulu peut être diluer leurs histoires pour ne pas perdre le lecteur. Hélas cela donne toujours trop de perso, mais qui n'évoluent pas des masses, ou alors d'un coup, bam*! N'est pas l'auteur de Top Ten qui veut hein
Le trait d'Allred au final là aussi dessert l'histoire, trop irréaliste, trop.. Allred en fait. J'avoue que j'aurai été curieux de voir un autre auteur à sa place, quelqu'un comme Jason Pearson ou Tony Moore peut être, capables de faire du gros monstre et des cases funs.

Bref bref bref... pour moi I, Zombie c'est donc un beau gachis malgré un concept foutrement intéressant. C'est rare que je laisse tomber une série ('tain de Wildstorm!) mais force est de reconnaître que le décollage n'a jamais vraiment eu lieu avec I, Zombie. L'aspect extraordinaire de suivre la vie de ces monstres n'est pas assez présent, le plot est trop trop long à venir, les perso moyennement intéressants. Roberson n'est pas allé au bout de son idée ou alors l'a perverti à vouloir trop en fait. Peut être la méchante et l'apocalypse sont de trop tout simplement et que la vie amoureuse de cette petite zombie et de son copain terrier garou aurait suffit. A moins que son objectif était une histoire de fin du monde... 23 numéros et toujours aussi difficile d'avoir une idée sur ce que veux faire l'auteur avec cette série qui nage entre plusieurs eaux. Tiens, ce soir je vais voir Dark Shadows de Burton... dans le genre fantastico-comique, cela sera sans doute meilleur (critique écrite il y a 2 semaines, film vu... moué c'est meilleur quand même)
__________________
Bad to ze Bone!

Ne cliquez pas, c'est une pub!
Réponse avec citation