Afficher un message
  #337  
Vieux 03/06/2012, 16h23
Avatar de Jorus C'Baoth
Jorus C'Baoth Jorus C'Baoth est déconnecté
Jedi du coté obsc... DOH!
 
Date d'inscription: août 2003
Localisation: On a Highway to Hell....
Messages: 8 568
Jorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur Thanagar
On change d'univers mais on garde le scénariste

DMZ #6 - 12 parus dans le TPB Body of a journalist par Brian Wood, Riccardo Burchielli & Kristian Donaldson



Plot : Le journaliste Matty Roth se retrouve malgré lui au centre d'un complot important visant à faire repartir le conflit. Mais ce n'est pas son genre de se laisser faire et il compte bien s'acquitter de son travail le plus objectivement possible, quitte à se faire des ennemis hauts placés.

2ème volume de l’autre excellente série de Wood sur les pérégrinations de Matty Roth, journaliste en zone de guerre.
Après une intro musclée et puissante, Wood développe réellement sa première histoire ici et c’est toujours aussi péchu et bon*! L’auteur continue sur son style, comics avant-gardiste avec cadre qui n’existe pas mais situations crédibles et réalistes. Ainsi l’idée centrale de l’histoire est tout bonnement géniale, sans trop en dire, Matty et un collègue journaliste se trouve au milieu d’une magouille pour faire repartir la guerre. Ce genre de situation est largement applicable à notre monde, 2 pays qui se trouvent une excuse bidon pour se tirer dessus, c’est du vu et revu et du coup ça marche du tonnerre ici. Autour de ce plot, Wood continue de développer son univers, nouveau perso, nouveau lieu, nouveaux décors avec toujours le perso de Matty intéressant, qui évolue, qui apprends, qui s’intègre. C’est bardé de bonnes idées, de la parano complète du héros à l’apparition de la fille qu’il voulait se taper étant jeune en passant par le «*commandant*» assez spécial des forces des Etats Libres, tout ce microcosme ne laisse aucun répit au lecteur et donne une histoire tendue et forte.

Seul petit bémol, j’avais adoré dans le premier l’ambiance mortelle de DMZ avec la mort qui pouvait attendre à chaque tournant…ici cela est moins, voir pas du tout, abordé. Dommage l’idée d’une organisation officieuse, des clans, des gangs, autour de certains quartiers, avec des leaders.. tout ceci apporterait du cachet au comics je pense. Dans ce 2ème volume, DMZ ressemble juste à une ville en guerre et assiégée alors qu’elle pourrait être bien plus que ça. Surtout que lire le comics avec sur l’ecran de l’ordi un plan de Manhattan pour situer où se trouve l’action est bien fun. Cela doit l’être encore plus quand on connaît réellement la ville mais bon hein, on fait ce qu’on peut. Pourtant en fin de volume se trouve pas mal d’annotations et de dessins sur cette dernière, les personnages, les lieux mais sans que cela soit trop mis en valeur dans le TPB lui même.
Enfin un petit one shot à la fin sur le personnage de Zee, genre qui fait patienter le lecteur et qui repose l’artiste, intéressant, découvrant le passé du perso et l’avant DMZ.
Bref ce comics continue d’être béton, d’avoir un potentiel puissant, can’t wait pour la suite.
2 mots sur Burcheielli, les mêmes que précédemment, au top*! un trait très détaillé, très riche notamment sur les décors brisés, détruits, un très bon sens des cases aussi avec ce qu’il faut de splash pages qui alternent avec des plus petites pour les scènes plus péchues… vraiment un bon complément à Wood, plus Cox derrière dont la palette jaune, orange, glauque fait encore des merveilles en terme d’ambiance.
__________________
Bad to ze Bone!

Ne cliquez pas, c'est une pub!
Réponse avec citation