Afficher un message
  #317  
Vieux 16/08/2011, 14h38
Avatar de Jorus C'Baoth
Jorus C'Baoth Jorus C'Baoth est déconnecté
Jedi du coté obsc... DOH!
 
Date d'inscription: août 2003
Localisation: On a Highway to Hell....
Messages: 8 568
Jorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur Thanagar
Bon je voulais vous mettre la critique du dernier volume de Unknown Soldier, lorsque je me suis paerçu que j'avais même pas critiquer le précedent.. alors pour vous.. enfin pour toi plutôt.. voici une double critique in da face! y a rien là?

Unknown Soldier #15 - 20 parus dans le TPB Dry Season par Joshua Dysart & Alberto Ponticelli



plot : Moses semble enfin s'apaiser au sein d'un village de réfugiés, mais vite les voix reviennent et l'horreur de la guerre reprends le dessus de manière encore plus sanglante!

Suite de cette série toujours atypique avec les pérégrinations du psychopathe de la brousse, l’Unknown soldier. Petit pause dans ce TPB avec une histoire qui a bien été lancée en 2 volumes. Pause dans l’histoire, dans le plot principal mais pas de pause pour l’ambiance sale, violente, sombre et très très malsaine. Pire même, cette fois ci, le « héros », après son apparition et ses premiers faits d’armes, semble se poser un peu, ce qui permet à Dysart de développer l’environnement, les alentours et la vie dans ce pays africain ravagé par la guerre et toutes les saloperies qui s’y collent. Nous avons l’intégrale de l’horreur dans ce TPB avec le commandant militaire véreux, les enfants qui souffrent, la famine, les maladies… un condensé de ce qui passe aux infos qui fait froid dans le dos. Un volume totalement hard, difficile à lire car franchement dérangeant et violent. Pas d’effusion de sang, pas de milliers de morts mais la pire des violence, celle que l’on connaît, que l’on sait réelle.
Magnifique opus donc, dans le genre, porté tout d’abords par des personnages secondaires qui éclipse le héros, volontairement. Des persos certes un peu caricaturaux mais juste ce qu’il faut pour les rendre compréhensibles et « charismatiques ». Une sombre histoire de trafic de medocs dans un camp de réfugiés permet donc à Dysart de faire l’étalage de son talent dans la restitution de ce cadre de vie immonde au possible. Toujours aussi subtil, toujours aussi juste, il reste dans le ton de ses précédents travaux tout en améliorant la lecture.
En effet, le danger reste toujours que trop de violence, trop de morts et de drames ne viennent faire l’effet inverse et lassé le lecteur. Point ici où certes le plot est glauque mais avec suffisamment de nouveauté, de changements pour que l’interêt persiste. Et au moment où la situation va commencer à tourner en rond, l’auteur pousse son perso en avant, le remettant au centre du récit alors que les voix qui le poussent à commettre ses atrocités semblent revenir. Bonne alternance donc entre vie dans l’enfer de la guerre et avancement du plot principal par son personnage, transitions tout en douceur et cliffhanger qui fait envie pour au final un bel opus pour cette série qui plait ou qui rebute totalement.
Ponticelli aux dessins, toujours inégal, avec postures et visages bizarres parfois, torturés, qui donne toujours autant à l’ambiance générale, un bon duo !


Unknown Soldier #21 - 25 parus dans le TPB Beautiful World par Joshua Dysart & Alberto Ponticelli, Rick Veitch



Plot : Moses finit sa mission dans un chaos total où ses origines sont enfin révélées.

Dernier volume de la série donc qui s’arréte faute de ventes au #25. C’est donc avec appréhension que j’ouvre ce TPB car forcer un auteur à finir son truc avant l’heure prévu, ça peut amener à la cata !
Bon, ici, ça aurait pu être pire, bien pire. Dysart termine donc un peu rapidement son Unknown Soldier et cela se sent, après des TPB, notamment le dernier, très descriptif ou certes le plot principal n’avancait pas mais où l’on découvrait l’univers du Soldier, la souffrance environnante, la vie cauchemardesques d’une zone de guerre, dans Beautiful Wolrd, Dysart n’y va pas par 4 chemins et achève son histoire d’un trait.
Cela dit, il s’en tire plutôt bien. Certes les choses s’accélèrent clairement mais les derniers morceaux du puzzle s’imbriquent plutôt bien et donne un dernier arc dense mais vraiment intéressant. On est pas déçu, on a les réponses à nos question et plus encore, et en bonus une fin digne du reste du comics, plutôt rare. Un TPB bien complet donc et un vrai point final avec notamment deux excellentes idées qui portent la fin du récit indéniablement vers le haut. Voilà la vraie force de ce TPB et au délà de cela, de la série, une vraie bonne construction classique mais très très efficace qui part d’un début qui les bases en place, un milieu descriptif et une fin tonitruante. L’interêt ne cesse de monter du #1 au 25 pour une série, comme je disais, atypique mais passionnante.

Deux excellentes idées donc que voici en spoiler :
Ce fameux ton de la série, glauque et violent, est lui aussi conservé jusqu’à la dernière seconde avec cette fin dramatique qui n’aurait pas pu ne pas être.
On ne peut que regretter que Dysart n’ait eu le temps de développer un peu ses intrigues, ces personnages et laisser le potentiel total de la série s’exprimer. Visiblement la fin de cette dernière était prévu de longue date et les ventes n’ont fait « que » l’avancer. Peut être que, comme souvent, les ventes TPBs vont faire regretter ce choix à l’éditeur. A noter enfin un #20 particulièrement intéressant autour de Kalachnikov et de son invention qui fait particulièrement froid dans le dos !

Et voilà donc, fin de cette série violente mais qui ne fait pas dans le gratuit et le facile, 4 volumes que je conseille fortement aux amateurs du genre.. du genre.. bon comment pourrait on appeler ça.. histoire fiction de guerre peut être… car honte à moi je me suis jeté dans la lecture sans vraiment prendre le temps de voir « autour » du comics. Après quelques recherches, il s’avère que les perso importants, les faits, les organisations existent réellement, d’ailleurs l’un des « méchants » est toujours en vie et recherché pour crime contre l’humanité, ce qui illumine cette oeuvre d’un intérêt nouveau et supplémentaire, toujours appréciable même si elle n’en avait pas forcément besoin !
__________________
Bad to ze Bone!

Ne cliquez pas, c'est une pub!
Réponse avec citation