Afficher un message
  #301  
Vieux 08/05/2011, 13h05
Avatar de Jorus C'Baoth
Jorus C'Baoth Jorus C'Baoth est déconnecté
Jedi du coté obsc... DOH!
 
Date d'inscription: août 2003
Localisation: On a Highway to Hell....
Messages: 8 568
Jorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur Thanagar
Bon et si on entamait le Hellblazer de Miligan hein?

Hellblazer #250 - 255 parus dans le TPB Scab par Peter Milligan & Giuseppe Camuncoli, Stefano Landini, Goran Sudzuka, Eddie Campbell



Plot : John tente de garder le contrôle de sa vie, pas facile entre une petite amie docteur qui supporte mal l'autre vie de John, un démon babylonien particulièrement vicieux et une vieille malédiction qui prends corps dans Constantine.

Début donc de Miligan sur Hellblazer pour un run assez attendu d’autant plus que le dernier de Diggle se finissait sur cette grande question, est ce le frère jumeau de John mort né qui a gâché la vie de ce dernier, ou est ce que John a tout simplement la loose en plus d’être une enflure ?
Réponse.. la deuxième… fi du run de Diggle, pas un mot, une galerie de nouveaux personnages pour une sensation de reboot : on a bien l’arrivée d’un nouveau scénariste qui peut donner un effet paradoxal. D’un coté, les aficionados de la continuité, de l’univers cohérent qui aiment retrouver des points d’ancrage, des références, un milieu connu et à qui un nouveau scénariste qui semble ne pas tenir compte des événements récents donne des boutons, de l’autre, les adeptes du scénariste, le gars il arrive dans un univers où moultes artistes sont passés avant lui et il pose ses valises, amènent ses idées, ses perso, ses histoires, tout en restant bien sûr dans le ton…
MA foi de mon coté, 50/50 (chiant hein ?)… à la fois dommage de ne pas rebondir sur les histoires récentes et de continuer sur la lancée tout en apportant son style, mais d’un autre coté, cela peut étouffer aussi un scénariste qui pourrait apporter bien plus avec des mains libres. Je crois que la solution est un habile équilibre entre les deux…

Est ce le cas ici ? oui quand même, peut être un peu plus de clarté sur la fin du run de Diggle et cette fameuse confrontation avec son frère aurait été un bon lien mais pour le reste, une lecture très agréable gomme cette transition Diggle/Miligan peu marquante. Pourtant, ce n’est pas passionnant alors pourquoi une lecture agréable?
Un bon pitch quand même, solide, pas complexe mais riche, un excellent rythme qui entraine le lecteur à tourner les pages. Et paf, la fin du TPB, un volume typique pas extraordinaire, rien de boulversifiant mais tellement bien écrit que la lecture vous prends ¼ d’heure et vous avez qu’une envie, lire la suite, un peu dans le même style que son X-Statix avec quand même plus de contenu.. On y ajoute le ton un peu trashy dont Miligan a le secret, bien dosé, suffisamment pour inquiéter mais pas trop pour que cela reste « réaliste » et on a un tpb qui se lit tout seul. Certes une paire de coups de moins bien, surtout sur le 2eme arc un peu long à mettre en place et il manque peut être une paire de scènes chocs m’enfin…

Camuncoli et Landini aux dessins, un peu sceptique au début car j’avais pas super accroché à leurs premiers boulots sur Hellblazer, du coup agréablement surpris, un réelle ambiance glauque mais différente de Manco, moins sale, plus perverse, avec encore une fois un maxi bon point pour les expressions du visage qui apporte beaucoup aux émotions que Miligan veut faire passer. Goran Sudzuka pour la fin avec un travail plus basique, moins fort émotionnelement, moins marquant et sans grand relief. A noter enfin le « Curse of Christmas » par Eddie Campbell que ça fait toujours plaisir de revoir.
__________________
Bad to ze Bone!

Ne cliquez pas, c'est une pub!
Réponse avec citation