Afficher un message
  #288  
Vieux 12/12/2010, 20h22
Avatar de Jorus C'Baoth
Jorus C'Baoth Jorus C'Baoth est déconnecté
Jedi du coté obsc... DOH!
 
Date d'inscription: août 2003
Localisation: On a Highway to Hell....
Messages: 8 568
Jorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur Thanagar
Allez, presque pas à la bourre non plus, dingue ça

I, Zombie #1 - 6 par Chris Roberson & Mike Allred

. . . . . . . . . .
. . . . I, Zombie #1 . . . . . . . . . -> . . . . . . . . . . .I, Zombie #6

Zomplot : La vie de Gwen, zombie de son état, prends un tout autre tournant lorsqu'elle rencontre une entité comme elle qui lui explique pourquoi des monstres tels qu'elle, ou son amie terrier garou, ou encore ce gang de vampires existent.

Nouvelle série donc chez Vertigo, ce qui est toujours plaisant, série avec des zombies, des vampires et des loups garous, encore plus plaisant, le tout avec du Allred inside… bon ben on achète quoi !
Difficile de critiquer cette série néanmoins à l’heure actuelle, pas vraiment d’arcs donc arbitrairement j’ai choisi de le faire après 6 numéros pour un bilan assez mitigé en fait…
Tout est dans la première ligne, histoires de zombies, vampires, momies et autres monstres en tout genre dans un ton décalé, « réaliste » où tout ce petit monde se promène parmi nous tranquillou avec des problèmes presque communs. Le ton de la série est donné mais.. après 6 numéros, le fun que promettait le plot n’est pas là. Bon peut être un peu de patience encore néanmoins, mais tout ceci reste assez peu passionnant au final. Le décalage n’est pas forcément mis en avant, peu de détails sur la vie des ses monstres qui évoluent dans un microcosme particulièrement réduit (mêmes perso, mêmes lieux). Ainsi, tout ceci reste trop minimaliste, trop pauvre en terme de contenu et le fun qui devrait peupler ses pages est quasi absent malgré un potentiel intéressant. Cela manque de détails croustillants, de délires même si, encore une fois, y a de quoi faire, avec l’amoureux transis, la serveuse habituelle, le boulot de l’héroïne, des points particulièrement « normaux » qui mériteraient d’être un peu mieux travaillés.

Cela dit, ces 6 premiers numéros ressemblent quand même à une grande introduction et on ne peut écarter la possibilité de plots un peu plus ambitieux pour la suite. Roberson a bien introduit ces personnages, on a eu droit à une explication cool sur l’origine des monstres, des méchants pointent le bout de leur nez donc à voir comment tout cela va évoluer. Autre point positif, 2-3 personnages assez charismatiques qui enrichissent les pages, l’héroïne, sa copine fantôme, les 2 geeks et le terrier garou sont bien construit et géré mais là aussi, Roberson ne va pas assez loin.
Il reste une lecture un peu étrange, entre deux eaux, je critique en disant que le coté fun et décalage n’est pas bien mis en avant mais est ce vraiment le ton que l’auteur veut donner à sa série ? Difficile en fait de savoir où Roberson veut nous mener mais il reste de ces 6 numéros une introduction pas inintéressante mais assez étrange en terme de contenu avec un faux rythme assez peu plaisant également. Une lecture monotone sans coup d’éclat, sans changement particulier.

Un autre mystère, Allred… assez peu à sa place ici ou au contraire parfaitement dans le ton, son style cartoon, peu réaliste et étrange laisse dire parfois qu’il dessert un plot qui aurait besoin de dessin plus real, plus détaillés, pour appuyer encore une fois ce décalage. D’un autre coté, son fameux style apporte un cachet étrange à ce comics qui n’est pas désagréable non plus…peut être la touche fun qui manque encore un peu au récit. Là aussi, peut être avec plus de recul pourra t’on apprécier ou critiquer le choix d’Allred sur I Zombie.

Au final, une lecture… ben toujours pareil.. étrange… on ne sait pas trop où cela va aller, ni même si Roberson a des plans sur la longueur, un rythme assez mou mais ce comics reste frais, nouveau et se laisse lire vraiment tranquillement. Malgré un intérêt moyen, ce petit (trop petit) monde bouge sous nos yeux et j’ouvre un nouveau numéro sans a priori, sans me dire que je vais me faire chier… enfin pour l’instant.
__________________
Bad to ze Bone!

Ne cliquez pas, c'est une pub!
Réponse avec citation