Afficher un message
  #244  
Vieux 02/06/2010, 22h22
Avatar de Jorus C'Baoth
Jorus C'Baoth Jorus C'Baoth est déconnecté
Jedi du coté obsc... DOH!
 
Date d'inscription: août 2003
Localisation: On a Highway to Hell....
Messages: 8 568
Jorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur Thanagar
Seule série ou je suis pas trop à la bourre

House of Mystery #21 - 24 Management par Matthew Sturges & Luca Rossi, Sam Kieth, John Bolton, Farel Dalrympe et Sergio Aragones

. . . . . --> . . . . . .
. . . . . . . . #21. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . #24

Plit : Alors que la Conception tourne toujours autour de Fig, la Maison se fixe finalement près du marché des Gobelins. Néanmoins la cohabitation entre Fig et Caïn n'est pas facile, surtout quand le frère oublié de cette dernière réapparaît.

Laissés sur une impression mitigée avec ce qui s’apparentait à la fin d’un pseudo premier arc, voici donc la suite avec « Management ».
Du nouveau ? pas vraiment, Sturges continue de tirer sur la même recette, un demi huit clos (car ils peuvent un peu sortir de la Maison) avec a peu près la même équipe. Les plots secondaires (la toute puissante mais mystérieuse Conception qui semble s’intéresser de très près à la Maison et à héroïne, le rôle du père de cette dernière) continuent doucement, très doucement. Bref rien de bien extraordinaire si ce n’est l’arrivée d’un personnage intéressant, quelques petites progression ça et là de l’Histoire, une gestion des perso pas degueu et parfois même truculente si ce n’est pour l’héroïne elle même. Cette dernière perdait de l’interet au fil des épisodes précédents, et continue ici aussi, moins charismatique, plus difficile à comprendre et à suivre, paradoxale même, parfois perdue, parfois sure d’elle.. on sent le travail du scénariste quand même mais sans le saisir complètement. Du coup, la série, portée en grande partie par elle, prends un coup dans l’elle.. enfin l’aile…
Pas grand chose à se mettre sous la dent donc, peu d’action, peu d’évènements, un faux rythme assez mou… un arc curieux donc, pas vraiment fondateur, qui fait pas avancer le schmilblick, sympa, pas désagréable mais là aussi, difficile de voir qu’elle était l’objectif du scénariste.

A sauver quand même, quelques (maigres) pistes pour la suite, si ce n’est la pépite en toute fin, une annonce qui fait dresser le sourcil, qui ouvre la série sur quelque chose de bien plus grand, de bien plus prometteur… peut être cet arc était il finalement qu’une grande et maladroite introduction pour en arriver à ce point… A sauver également les fameuses petites histoires en parallèles, toujours un plus intéressant, savoureux souvent même si la dernière était plutôt abusée, prenant la moitié du comics pour une histoire qui n’a pas (du moins pour l’instant) de rapport avec le reste… du coup un # tronqué !

Niveau dessineux, Rossi assure son taff habituel, difficile à juger car le plot tourne autour des mêmes perso, même décors… coté guest du très bon avec une petite perle d’Aragones, du Farel Dalrympe que je ne connaissais pas mais un trait parfait pour son histoire, du Sam Kieth qui sans être génial apporte beaucoup par son style destroy, et du John Bolton avec un style assez épuré et simple, un peu trop peut être, mais on va pas bouder le fait de retomber sur ce superbe artiste.
__________________
Bad to ze Bone!

Ne cliquez pas, c'est une pub!
Réponse avec citation