Afficher un message
  #236  
Vieux 09/05/2010, 23h14
Avatar de Jorus C'Baoth
Jorus C'Baoth Jorus C'Baoth est déconnecté
Jedi du coté obsc... DOH!
 
Date d'inscription: août 2003
Localisation: On a Highway to Hell....
Messages: 8 568
Jorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur Thanagar
Petit break avec un cadeau de Nounours

Fight for Tomorrow par Brain Wood & Denys Cowan




Plot : Cedric Zhang fut kidnappé étant enfant par une organisation de combats clandestins. 15 ans plus tard, il parvint à s'en échapper avec son amie Christy mais cette dernière re disparait peu de temps après.

Bon pas toujours évident de critiquer un cadeau mais j’vais pas me gêner ^^
Du Brian Wood donc pour cette histoire (dans l’ordre) de combats clandestins, de jeunesse perdue, de reinsertion sociale, de vengeance et de gonzesse.. ben oué il y en a toujours une.
Ma foi je pense que tout est déjà dit en fait dans la phrase précédente, Wood nous sort une belle série de clichés avec un héros traumatisé par son passé mais qui se doit d’y retourner pour sauver sa copine.. il ne l’a pas fait en gueulant « c’est pas ma guerre, colonel » mais c’était pas loin. On a droit à la jeune fille qui se prends de pitié et/ou d’amitié pour lui, du petit garçon qui veut faire pareil que le héros mais qu’il faut protéger « parce que tu ne dois pas vivre ce que j’ai vécu »
Tout cela est donc prévisible, une histoire que l’on a lu 100 fois et la plupart du temps, c’était bien mieux. Tout est cliché, les dialogues, le déroulement, le rythme, les personnages.
Cela dit est ce par ce que c’est cliché que c’est pas bien.. pas forcément mais force est de reconnaître ici que ça manque cruellement à la fois de saveur et de punch. Wood ne va pas au fond des choses, les thématiques abordées (traumatisme, difficulté de s’insérer dans la société, de tisser de nouveaux liens, douleur de la perte de son amie,…) sont effleurées, basiques, mise en image sans génie, presque par principe. Ça manque d’underground, de sale, de glauque dans cette histoire dure et douloureuse mais exploitée de manière trop trop lisse. Il reste deux excellente idées mais là aussi pas du tout mise en valeur : la relation entre le jeune héros et la journaliste qui l’a sorti des combats, et la place que prends le passé dans la « nouvelle » vie du héros… un bon potentiel mais mal utilisé.
Dommage dommage car l’équipe dessin-encrage-couleur a fourni un bon taff qui aurait pu si bien rendre dans un récit plus décalé et sombre. Denys Cowan possède un style à la Guera dans Scalped, pas forcément d’ailleurs un bon point car la comparaison n’ai pas en faveur de Fight for Tomorrow, les deux étant sortis la même année.

Bref, on retient une paire de bonnes idées, une équipe de dessineux à suivre mais un gâchis ennuyeux pour le reste. Un grand merci pour le cado nounours car toutes lectures est utile mais je retourne à DMZ (j’dis ça, j’ai lu que les 2 premiers !) ^^
__________________
Bad to ze Bone!

Ne cliquez pas, c'est une pub!
Réponse avec citation