PDA

Voir la version complète : Les parutions vf : albums Une Aventure de l'Araignée


Niglo
02/04/2005, 09h24
http://loloracaud.free.fr/vf/lugsemic/albumaraignee/23.jpg

Une Aventure de l’Araignée n°23
La Fin de l’Araignée
Janvier 1985

http://gjeanmarc.free.fr/vo/amazingspidermanv1/50.jpg

L’HOMME ARAIGNEE : « PLUS JAMAIS… L’ARAIGNEE ! »
(Spider-Man no more !, in Amazing Spider-Man v.1 #50, juillet 1967, 20 pages).

Scénario : Stan Lee.
Dessin : John Romita.
Encrage : Mickey Demeo (= Mike Esposito).
Couverture : John Romita & Mike Esposito.

Résumé :

Fatigué des attaques incessantes de J. Jonah Jameson, peiné de ne pouvoir passer suffisamment de temps auprès de Tante May dont la santé décline, et inquiet de voir ses résultats scolaires baisser du fait de ses activités nocturnes, Peter Parker décide d’abandonner sa carrière super-héroïque, et jette son costume dans une poubelle. Le costume atterrit bientôt dans le bureau de Jameson, qui va aussitôt le faire encadrer et annoncer en une du Quotidien la fin de l’Araignée.

La disparition de l’Araignée coïncide avec une recrudescence des activités criminelles en ville. Un truand baptisé le Caïd décide de profiter de la situation pour réunir les divers gangs sous sa férule. Seul Frederick Foswell, l’ancien ‘Grand Patron’, tente de lui résister, en vain.

Peter Parker a à nouveau du temps à consacrer à sa tante, ses amis et ses études. Mais une agression dont il est témoin lui rappelle pourquoi il est devenu l’Araignée : c’est parce qu’il n’a pas arrêté un voleur que son oncle Ben est mort. Il se rend alors dans les bureaux du Quotidien et récupère son costume, à la plus grande fureur de Jameson.


Commentaire :

Le run de Romita sur Amazing compte nettement moins de classiques que celui de Ditko, mais cet épisode en fait incontestablement partie. La couverture elle-même est l’une des plus marquantes de la série.

Stan Lee pose à juste titre dans cet épisode la question de savoir ce qui pousse un adolescent à mener une vie telle que celle de l’Araignée, vie qui lui vaut une montagne d’emmerdements et pas grand chose en retour. Son abandon du costume est logique, le fait qu’il reprenne presque aussitôt l’est tout autant. La culpabilité et le sens des responsabilités sont des éléments constitutifs du personnage de Spider-Man, cet épisode le rappelle fort justement.


A noter :

Première apparition du Caïd, personnage qui n’a pas fini de hanter les pages du Marvel Universe. Ce n’est que dans l’épisode suivant qu’il rencontre pour la première fois l’Araignée.

Première parution : in Strange n°47, novembre 1973.
Rééditions ultérieures : in Spider-Man : l’Âge d’Or n°4, Marvel France, décembre 2000 ; in Spider-Man : l’Intégrale n°5, Marvel France, septembre 2003.

Casting :

L’Araignée.

May Parker, Gwen Stacy, Mary Jane Watson, Anna Watson, Harry Osborn.

J. Jonah Jameson, Betty Brant, Professeur Warren, Frederick Foswell.

Le Caïd (Kingpin).

Flashback (p.17-18) : Ben Parker.


http://gjeanmarc.free.fr/vo/amazingspidermanv1/51.jpg

L’HOMME ARAIGNEE : DANS LES GRIFFES DU CAÏD !
(In the Clutches of… the Kingpin !, in Amazing Spider-Man v.1 #51, août 1967, 20 pages).

Scénario : Stan Lee.
Dessin : John Romita.
Encrage : Mickey Demeo (= Mike Esposito).
Couverture : John Romita.

Résumé :

Croyant toujours que l’Araignée a disparu, le Caïd lance une vaste offensive criminelle sur la ville. La découverte que l’Araignée a repris du service va conduire certains truands à se rebeller contre le Caïd, mais ce dernier a tôt fait de les mater. Il s’allie à Frederick Foswell et lui confie la mission de kidnapper Jameson, dont il n’apprécie guère les éditoriaux.

Jameson est conduit dans l’immeuble qu’occupe le Caïd, bientôt suivi par l’Araignée. Celui-ci se débarrasse sans mal des hommes de main du Caïd, mais le combat contre ce dernier est nettement moins aisé, le Caïd étant étonnamment robuste et rapide pour un homme de sa corpulence. Il parvient finalement à vaincre l’Araignée grâce à un jet de gaz soporifique sortant de son épingle à cravate.


Commentaire :

Pas de vilain costumé dans cet épisode, où les adversaires de l’Araignée sont d’ordinaires truands, et leur moins ordinaire leader. La description de la pègre et de ses activités par Stan Lee est extrêmement datée et innocente, et le personnage du Caïd est bien moins impressionnant qu’il ne le sera par la suite, cela reste néanmoins une lecture agréable.


A noter :

Première rencontre entre l’Araignée et le Caïd.

Première parution : in Strange n°48, décembre 1973.
Rééditions ultérieures : in Spider-Man : l’Âge d’Or n°4, Marvel France, décembre 2000 ; in Spider-Man : l’Intégrale n°5, Marvel France, septembre 2003.


Casting :

L’Araignée.

Gwen Stacy, Mary Jane Watson, Harry Osborn.

J. Jonah Jameson, Robbie Robertson, Ned Leeds, Betty Brant.

Le Caïd, Frederick Foswell, Big Turk.


http://gjeanmarc.free.fr/vo/amazingspidermanv1/52.jpg

L’HOMME ARAIGNEE : MOURIR EN HEROS…
(To die a Hero !, in Amazing Spider-Man v.1 #52, septembre 1967, 20 pages).

Scénario : Stan Lee.
Dessin : John Romita.
Encrage : Mickey Demeo (= Mike Esposito).
Couverture : John Romita.

Résumé :

Le Caïd enferme l’Araignée, inconscient, et J. Jonah Jameson dans une cave qu’il fait inonder. Ayant recouvré ses esprits, l’Araignée se libère et tisse une bulle en toile leur permettant d’éviter la noyade. Il retrouve le Caïd et l’attaque une nouvelle fois, en évitant cette fois de se montrer trop confiant. Le Caïd parvient cependant à s’enfuir.

De son côté, J. Jonah Jameson est poursuivi par les hommes de main du Caïd, et ne doit sa survie qu’à l’intervention de Frederick Foswell, qui est mortellement blessé en tentant de le protéger.


Commentaire :

Dans la lignée de l’épisode précédent, une lecture sympathique, même si tout ça a pris un coup de vieux certain.


A noter :

Dernière apparition de Frederick Foswell. Des années plus tard, dans Marvel Team-Up #39-40 (novembre-décembre 1975, trad. in Spécial Strange n°19-20, mars-juin 1980), Bill Mantlo mettra en scène sa fille, Janice, qui tentera de lui succéder dans le rôle du Grand Patron, et connaîtra une fin tragique.

Retour de Flash Thompson, qui profite d’une permission pour rendre visite à ses amis. Il était apparu pour la dernière fois dans Amazing Spider-Man #47 (Strange n°44, août 1973 ; rééd. in La Proie du Chasseur, Une Aventure de l’Araignée n°21, mai 1984).

Lorsque Harry Osborn lui demande « Qui fait la guerre à ta place, soldat ? », Flash lui répond : « Westmoreland m’a promis de monter la garde pendant mon absence. » Flash fait ici référence au général William C. Westmoreland, général en chef des troupes US au Vietnam de 1964 à 1968.

Première parution : in Strange n°49, janvier 1974.
Rééditions ultérieures : in Spider-Man : l’Âge d’Or n°4, Marvel France, décembre 2000 ; in Spider-Man : l’Intégrale n°5, Marvel France, septembre 2003.


Casting :

Spider-Man.

J. Jonah Jameson.

Gwen Stacy, Mary Jane Watson, Harry Osborn, Flash Thompson.

Robbie Robertson, Betty Brant, Ned Leeds.

Le Caïd, Frederick Foswell.

Niglo
02/06/2005, 22h50
http://www.comicsvf.com/scans/vf/lugsemic/albumaraignee/24.jpg

UNE AVENTURE DE L’ARAIGNEE N°24
Le Cristal Magique
Lug, mai 1985.

http://gjeanmarc.free.fr/vo/amazingspidermanv1/a14.jpg

L’ARAIGNEE ET DOCTEUR STRANGE : Le Cristal Magique (40 pages)
(Bend Sinister, in Amazing Spider-Man Annual #14, 1980)

Scénario : Dennis O’Neil & Frank Miller.
dessin : Frank Miller.
Encrage : Tom Palmer.
Couverture : Frank Miller.

Résumé :

Sur les ordres de son maître, le Docteur Fatalis, Lucius Dilby a conçu une machine permettant d’accéder à la dimension de Dormammu. Fatalis l’y envoie, et Dormammu lui accorde des pouvoirs lui permettant de créer un robot en armure. Il envoie ce robot attaquer le Dr. Strange dans son sanctuaire. Les pouvoirs magiques de Strange semblent incapables de vaincre le robot, et il tente de s’échapper sous sa forme astrale, mais est retenu par des créatures éthérées. Il parvient néanmoins à lancer un appel à l’aide mental.

Sur le campus de L’Empire State University, Peter Parker reçoit l’appel du Dr. Strange. Il se rend aussitôt chez lui, mais est attaqué en chemin par deux gargouilles de pierre, puis par des dizaines de petites créatures qui lui interdisent l’accès à la maison de Strange. Après s’en être difficilement débarrassé, il atteint enfin le domicile où il trouve Wong, blessé, qui lui confirme la disparition de Strange. Il a néanmoins reçu un appel télépathique de Strange, qui conduit l’Araignée à poursuivre ses recherches au C.B.G.B., célèbre club new-yorkais. Sur place, un groupe rock baptisé les Shrapnels joue sur scène. Parker rencontre Debra Whitman, avec laquelle il devait passer la soirée, et l’invite dans un café voisin pour s’excuser. Pendant leur tête à tête, il voit les Shrapnels défiler dans la rue, suivis d’une petite foule, tous scandant ces mots : « Arc maléfique ». Peter abandonne Debbie et enfile à nouveau son costume pour suivre la procession, dont le nombre de recrues ne cesse d’augmenter. Ils arrivent à l’ambassade de Latvérie, sur le toit de laquelle l’Araignée découvre le Dr. Strange, attaché à un énorme cristal. A ses côtés se trouve Lucius Dilby, qui s’apprête à lacher sur la Terre des forces démoniaques. Lorsque l’Araignée tente d’intervenir, Dilby envoie son robot pour l’intercepter. Ce dernier demeure insensible à ses coups, mais l’Araignée bloque ses systèmes de vision grâce à sa toile, puis redirige le robot pour l’envoyer s’écraser contre le gigantesque cristal retenant prisonnier le Dr. Strange. Dilby tente alors de s’enfuir, mais une porte interdimensionnelle s’ouvre et une main géante le happe. Plus tard, le Docteur Fatalis recevra un petit cristal à l’intérieur duquel Lucius Dilby est enfermé.


Commentaire :

Les rencontres entre l’Araignée et le Docteur Strange sont souvent dignes d’intérêt, car faisant évoluer le Tisseur de Toile dans un univers qui lui est pour l’essentiel totalement étranger. Celle-ci ne fait pas exception, même si Strange y apparaît exagérément démuni face aux adversaires que lui envoie Dilby. Autre plaisir, celui de retrouver Frank Miller, dans un cadre très différent de ses Daredevil qu’il avait commencé à dessiner quelques mois plus tôt. Le petit tour qu’il fait faire à Dilby dans la dimension de Dormammu est un bel hommage à Steve Ditko.

A noter :

Le MCP (http://www.chronologyproject.com/) situe cette aventure de l’Araignée entre Marvel Team-Up #99 (novembre 1980, trad. in Spécial Strange n°39, mars 1985) et Marvel Team-Up #100 (décembre 1980, trad. in Strange Spécial Origines n°232bis, avril 1989)

Le MCP (http://www.chronologyproject.com/) situe cette apparition de Dr. Strange entre Defenders #90 (décembre 1980, trad. in Mandrill contre-attaque, Les Défenseurs n°7, avril 1983) et Defenders #92 (février 1981, trad. in Drame chez les Défenseurs, Les Défenseurs n°8, juin 1983).

Le MCP (http://www.chronologyproject.com/) situe cette apparition de Fatalis après Fantastic Four Annual #14 (1980, trad. in Strange Spécial Origines n°184bis, avril 1985).


Casting :

Spider-Man.

Dr. Strange, Wong, Debra Whitman.

Lucius Dilby, Dr. Fatalis (Dr. Doom), Dormammu.


http://loloracaud.free.fr/vo/marvelteamupv1/91.jpg

L’ARAIGNEE ET LE CAVALIER FANTÔME : La Foire aux Ames (17 pages)
(Spider-Man and Ghost Rider : Carnival of Souls, in Marvel Team-Up #91, mars 1980)

Scénario : Steven Grant.
dessin : Pat Broderick.
Encrage : Bruce Patterson.
Couverture : Rich Buckler & Al Milgrom.

Résumé :

Peter Parker se rend en compagnie de Glory Grant dans une fête foraine. Ils assistent à un spectacle de monstres, et parmi eux Peter croit reconnaître le Motard Fantôme. Le présentateur du spectacle le fait éjecter du chapiteau. Il décide de revenir le soir même pour en avoir le cœur net. Après avoir échappé à des chiens de garde grâce à sa toile, il doit faire face à toute la troupe du spectacle, et parmi eux le Motard Fantôme, muet, qui après une course poursuite dans tout le parc le mettra K.O. d’un jet de flammes. A son réveil, l’Araignée découvre que le meneur de cette bande est Moondark le Magicien, qu’il a affronté autrefois. Lors de leur première rencontre, celui-ci a échappé à la mort en signant un pacte avec des êtres démoniaques qui ne lui restitueront son âme qu’en échange de l’âme d’autres personnes. Moondark montre à l’Araignée la bague qu’il porte au doigt, et qui contient l’âme de Johnny Blaze. L’Araignée parvient à lui retirer sa bague avec sa toile, et le Cavalier Fantôme recouvre aussitôt ses esprits. Moondark est insensible à ses flammes, puisqu’il ne possède pas d’âme, en revanche le globe dans lequel Moondark a enfermé toutes les âmes qu’il a collectées est facilement détruit, et les âmes retournent à leurs propriétaires. Aussitôt, une créature maléfique se matérialise et emporte Moondark avec elle.


Commentaire :

Un épisode plutôt réussi, le dessin assez particulier de Broderick convenant bien à ce type de récit et de personnages.


A noter :

Le MCP (http://www.chronologyproject.com/) situe cette aventure de l’Araignée avant Spectacular Spider-Man #25 (décembre 1978, trad. in Nova n°22, novembre 1979).

Le MCP (http://www.chronologyproject.com/) situe cette apparition du Ghost Rider entre Ghost Rider #40 et #41 (janvier-février 1980, trad. in Menace Nucléaire, Le Motard Fantôme n°10, septembre 1984).

Moondark était précédemment apparu dans Marvel Team-Up #12 (août 1973, non traduit).


Casting :

L’Araignée, le Cavalier Fantôme (Ghost Rider).

Glory Grant.

Moondark le Magicien.